Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Photo-38.jpg

Reine percevait sous ses paupières mi-closes l'ahurissement d'Arthur, il ne l'avait pas oublié, dés qu'il était entré dans la pièce il n'avait eu d'yeux que pour elle, il donnait l'impression d'être la personne la plus importante du squat, c'était une sacrée histoire leur lieu, tout Paris en parlait.

 

Mais que pouvait-elle faire, elle était avec Narco maintenant, et puis les Autonomes, les révolutionnaires et les punks, il fallait quand même les supporter, comment faisait Arthur, elle perçut l'ascendant naturel qu'il avait sur tous, c'était le meilleur de ses chevaliers, elle fut fière.

 

Elle le voyait avancer vers elle si timide, si interdit, ils ne s'étaient pas encore revus depuis la fâcherie, elle le savait fier, viendrait-il à elle, comme avant, si courtois, si à son écoute, comme seuls ils savent faire quand ils sont vierges, mais il était déniaisé désormais, elle le sentit.

 

Il avait une sûreté et un regard franc comme jamais, il connaissait maintenant le corps de la femme et ses voluptés enivrantes, il avait prit une force terrible, tout fin au milieu des brutes, et il les toisait tous, comment faisait il, au milieu de ce tumulte, il restait clair, lucide et efficace.

 

Elle le vit filer vers la gazinière de l'angle de la pièce après avoir adressé un bref salut de tête, "Je fais un café, qui en veut", c'était lui le responsable de l'endroit, elle l'avait vu réceptionner les colis de la banque alimentaire et recevoir son curé, il ne les avait pas encore remarqués.

 

Elle et Narco avaient attendu une attention près de la fenêtre, U.S.I.N.E. était devenue le lieu de la capitale où il fallait se montrer pour continuer d'exister dans la réalité des radicaux révolutionnaires, avec la désinvolte condescendance qui sied aux vieux combattants, Reine observait.

 

Arthur alors s'approcha, "Excusez moi, je ne vous avais pas vu, ça fait longtemps que vous êtes là", Arthur était toujours aussi accueillant et courtois que lors du bar sauvage des Vignoles, quelque chose ne passait pas entre lui et Narco, l'un franc, l'autre roué, l'un pauvre, l'autre pourvu.


Reine ne se sentait pas d'échapper à la loi commune du monde, voulant assurer son équilibre pratique des jours en toute tranquillité, la solution Narco avait sa préférence, sa haute connaissance des distributeurs de produits dopants avait emporté ses réticences, il la pourvoyait.

 

Arthur ne savait même pas, il ne l'eut pas compris, elle se serait sentie dévalué à ses yeux, il était trop pur, trop sincère, il n'aurait pu supporter de la voir se piquer, elle en avait désormais l'envie régulière et la possibilité, servie à domicile, en échange d'un corps à demeure.

 

Elle connaissait son prix maintenant, elle avait fini par se lasser de ses conquêtes, cela lui paraissait bien fade, la drogue remplaçait peu à peu l'adrénaline, et Narco parfois était drôle, l'arrangement était profitable, aucun de ses amants n'avait de rêve puissant, de rôle de mesure.

 

Arthur lui était un chevalier, il pourfendait l'injustice, il se battait pour les autres, l'ordre du monde le concernait, il lui paru bien souvent naïf, c'est à dire touchant, jamais risible, il ne voyait pas les flétrissures des autres, il ne subodorait aucune infamie, il était toujours confiant.

 

Narco lui était une autre sorte de chevalier, aux antipodes, revenu de tout, blasé,il semblait plus un soudard de pouvoir, un insoumis féodal, ses principes n'étaient pas intangibles, il fallait bien vivre, les choses ne sont pas si simples, rien n'est jamais ni blanc ni noir, plutôt méfiant.

 

Arthur lui en voulait toujours de l'arrogance de Narco à leur égard au moment du bar sauvage, elle le savait elle les avaient souvent entendus en discuter, et Narco se devait d'admettre qu'ils assuraient, il venait voir le moyen de prendre le train en marche, mais il n'y avait pas de place.

 

Alors il se passe quoi en gros, vous faites quoi, Arthur expliqua posément le projet et l'état des réalisations, les inaboutissements et les nombreux contacts, les participations aux manifestations, la réapparition d'un point de vue Autonome sur toutes les luttes sociales du moment.


Il va y avoir une réunion du collectif tout à l'heure dans une heure à peine, vous n'avez qu'à rester, c'est ouvert, vous vous rendrez compte par vous-même, et ensuite en règle générale il y a un repas collectif qui se finit tard dans la nuit, c'est un peu la fortune du pot et l'auberge espagnole.

 

Plus tard dans la soirée, après leurs longues explications pour organiser leurs différentes manifestations de soutien, les canaques, les insoumis au service national, les grévistes de loyer des foyers d'immigrés et toutes les injustices que ce coin de terre pouvait porter, Arthur vint à elle.

 

Dominique Premier se fit un peu moqueuse, sa gentillesse avait quelques limites, va, va mon grand, va t'agenouiller, elle repartira de plus belle avec son soutien économique, va la faire rire et placer ta tête sur ses genoux, n'ai ni honte ni fierté, va, et Arthur ne s'y fit pas prier, ses cheveux caressés.

 

Reine fut touchée, troublée, elle n'en fit rien paraître mais sa main machinalement faisait des allers-retours sur les boucles brunes de celui qui ne serait jamais son amant, ça va toi, ça va, passez nous voir plus souvent, nous avons ouvert un squat vers les Vignoles, passes aussi toi, je viendrai.

 

La réconciliation se fit des plus simples, rien ne fut dit ni rappelé, ils étaient amis, le voeu de Reine s'exauçait, il acceptait Narco, il n'était pas jaloux et ne souffrait pas, Arthur était un preux, Dominique Premier s'esclaffa, un joli spectacle vraiment, qu'en retires tu, rien, je suis bien.

 

Quand Arthur se releva Reine le sentit reposé comme après cent ans de sommeil, les petits riens sont parfois les plus efficaces, Narco sourit finement, au moins il ne se moqua pas, les réunions étaient finies, la soirée commençait dans le tumulte habituel des soirées bouillantes de U.S.I.N.E.

 

Arthur fut ce jour là en haut et en bas, dans le fond des ateliers et aux commandes de la gazinière, riant fort aux éclats avec chaque nouvel arrivant, au courant des moindres embrouilles, tourbillonnant dans ses éléments essentiels, accordant et maîtrisant, son énergie dopée à la fusion de Reine.

Commenter cet article