Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

 

 allongé

 

 


Terminées les longues prises de paroles, le programme de relogement des plus démunis va pouvoir démarrer sans opposition notable, les constructions de logement sociaux sévèrement ralenties, les augmentations de loyers faramineuses, les taudis infects vite repeints et gérés.

 

Les associations de Gens Bons administrent des entassements hétéroclites de pauvres dans des immeubles délabrés, lorsque ces immeubles brûlent comme Boulevard Vincent Auriol quinze ans après, personne ne se sent responsable, les irresponsables du comité refusaient ces taudis.

 

Arthur s’était peu à peu écarté de tout et rapproché de sa compagne, le Comité des Mal-Logés s’était auto dissous, l’objectif des Gens Bons était atteint, les mal-logés ne prendraient plus eux-mêmes les décisions les concernant, on pourrait les soutenir, pourvu qu'ils n'aient pas les mêmes droits.

 

Et puis les classes moyennes avaient racheté les taudis expulsés du quartier Vignoles-Haies, ils allaient enfin pouvoir posément valoriser leurs opérations et se réinventer une vie de quartier, en toute sécurité pour leurs enfants, la convivialité sociale dans la mixité, les associations de proximité.

 

Pour l'heure Arthur ne se sentait en sécurité qu'au milieu des exclus, cela faisait une dizaine d'années qu'il suivait les traces des pas de tous les exclus de la capitale, dans les ruelles des quartiers, dans les marchés des africains et des travailleurs immigrés, dans les espoirs de lendemain d'humanité.

 

Dans les volontés de justices, son esprit et son corps s'étaient aguerris, il soignait ses souffrances et blessures et rejetait tout idée de confort, depuis des années un baluchon d'affaires de récupération se déplaçait avec lui de logement éphémère en abri incertain, un jour les pauvres s'uniraient.

 

Tu vas zoner toute ta vie, c'est une forme de vie, c'est une forme de lutte, oui les psychologues appellent cela une dépression chronique, tous les déprimés du monde unissez vous, je ne veux pas construire les murailles de l'empire et ses gadgets de domination, c'est toujours travailler.


Il y a peut-être une autre manière de voir le monde, tu veux dire voir le monde sans les massacres et les destructions, il faut bien détruire pour construire de nouveau, regardes toutes ces ruelles de taudis par lesquelles tu es passé, il faut bien faire du neuf par moments, oui mais pour qui?

 

C'est peut-être une histoire de manière de faire, la destruction par le feu et la mort d'enfants ne me semble pas pertinente, cela n'est pertinent pour personne, pourtant certains le pensent, l'ordonnent et le payent, et d'autres exécutent, nous avons repoussé les nervis plus d'une vingtaine de fois.

 

Et ils vous ont eu parfois, et nous avons dormi dans la rue et nous avons obtenu la réintégration plusieurs fois, dans les mêmes taudis, mais nous revendiquons le logement social et l'arrêt des expulsions sans relogement, on nous oppose des chiffres économiques et des responsabilités politiques

 

La gauche renvoie sur la droite qui se défausse sur la gauche et nos yeux font du Rolland Garros, des quartiers devaient être rénovés, mais pas pour faire des bureaux qui ne se vendront pas, le système de l'exploitation financière ne peut déboucher que sur une crise gave, et nous paierons.

 

Quand auras-tu trouvé le logiciel établissant la paix dans le monde, établissant le respect de tous envers tous, les valeurs universelles des peuples disséminés et si semblables dans leurs différences, je m'y mets de ce chef, tu es une bosseuse, cela m'empêche de m'ennuyer, j'ai toujours à faire.

 

Je voulais être ton frère, ton ami pour la vie, ton amant si tu avais voulu, arrêtes, oui, cela fait toujours mal quand on y pense, tu ne voulais pas te disperser, tu avais peur des autres, on rejoue toujours son enfance, tu étais seule dans ta chambre et il te fallait t'occuper pour n'y pas périr.

 

Et moi j'ai grandi dans les pleurs des autres, je suffoque si je me retrouve seul, le confort bourgeois et arrangé m'effarouche, il me faut du bruit et des odeurs des autres à foison, je déteste les bonnes manières, je refuse d'apprendre les codes de l'impolitesse  sociale de l'apartheid dominant.


Je n'aime que les attentions douces des mondains, lorsqu'ils paraissent si preux que l'on se croirait dans un conte, dans les contes, les armes ne tuent pas pour de vrai, puisque le héros est toujours vivant, il suffit de reprendre le conte au début, je vois, écouter Brahms en compagnie de tortionnaires.

 

S'élever l'âme, aller vers le beau, la beauté des massacres massifs de population, la beauté des phrases assassines, la beauté de tous les incendies de Rome, la beauté des bourgeoisies du monde a des relents constants de charniers humains, leurs beautés sont réservées à leur élite de la nation.

 

Combien de temps nous feront-ils rester sur ce sable, le sable du square rond couvrait en volutes soyeuses les sourcils des petits enfants noirs poursuivant les CRS contraint de reculer, leur criant à la niche, à la niche, de l'eau, des logements, le comité des mal logés installait ses tentes.

 

Arthur se sentit tendre à l'infini de son néant, par les béances de sa vie s'engouffraient des vagues meurtrières de découragement, la fin du comité était en train de se jouer là, Tonton la cagoule avait toussé une fois et appelé au secours son ami l'Abbé Pétainiste en pèlerine noire.

 

Etait-ce donc que la partie était jouée pour autant, Arthur voulut se jurer que non, il voulait débrouiller l'écheveau et le révéler, le faire comprendre au plus grand nombre, éveiller les consciences et permettre des actes plus efficaces, ils ne se rendraient pas, leur force était leur solidarité.

 

Tandis qu'il restait figé et comme anéanti dans la chaleur de ce début d'été, Arthur débattait en continu avec les sources de ses souffrances, avec Dominique Premier c'était un jeu repassé, quel était donc cette habitude d'apartheid social si savamment entretenu même par les plus modeste.

 

Il se préparait à une intervention, en tant que membre du comité des mal-logés et de la commission sécurité du soviet de la place de la réunion, il se devait d'intervenir, les souteneurs et les Gens Bons réclamaient une moralisation et un filtrage de la population du square, ils triaient déjà.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article