Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les incontournables

Chansons gratuites sur son site

       Les cons sont là

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

Romans pdf gratuits:

Kahina,

Destin majeur,

De l'autre côté de la rivière,

Ne peut être vendu

Assemblée

 

 

 

Possible n°9 Possible n°9

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

Publié par Christian Hivert

Par Claude Guillon sur le SO CGT déconfi
Les syndicats sont nos amis, jamais, jamais, ils ne nous ont trahis !

Les affrontements qui ont eu lieu entre le service d’ordre de la CGT et des centaines de manifestant·e·s place de la Nation le 1er mai dernier ont fait couler (heureusement) beaucoup plus d’encre que de sang.

Ces incidents provoquent en outre une avalanche de niaiseries angélistes sur les réseaux sociaux.

Quoique présent sur les lieux, et ayant assisté à quelques-uns des épisodes, je serais bien en peine de dire à propos de quoi et avec qui a éclaté la première bagarre. Il est très plausible qu’à tel moment, tel crétin aviné ait frappé tel brave cégétiste, ouvert et peut-être même minoritaire dans son syndicat.

Cela ne change rien à une vérité factuelle qu’il semble utile de rappeler aujourd’hui : pour tout·e militant·e révolutionnaire, le service d’ordre de la CGT constitue et a toujours constitué un danger physique.

Le service d’ordre et plus généralement les militants de la CGT ont – au fil de décennies d’histoire du mouvement ouvrier – intimidé, menacé et agressé physiquement des centaines de militants révolutionnaires : dans les manifestations, dans les usines et aux portes des usines.

Si la situation a commencé à changer depuis quelques années, ça n’est pas – en tout cas pas seulement – parce que les militants estiment plus politique de ne pas systématiquement cogner sur qui n’est pas d’accord avec eux ou que la CGT aurait fait son autocritique sur ce point (on l’attend !). C’est que le rapport de force a changé, en gros depuis la chute du mur de Berlin. La seule période précédente où la suprématie militaire de la CGT a été remise en cause à la porte des usines et dans certaines manifestations a été la période d’activité de la Gauche prolétarienne, dont les militants n’hésitaient pas à répliquer, y compris en prenant l’offensive, à la terreur cégétiste. Il est arrivé par ailleurs que des cortèges « autonomes » armés (casques et barres) tiennent à l’écart des stalino-cégétistes pas si téméraires.

Cependant, des incidents violents se produisent régulièrement. Je me souviens, il y a quelques années de deux jeunes militants de la CNT envoyés à l’hôpital par des gros bras CGT, en dehors de tout affrontement, simplement parce qu’ils avaient eu l’imp[r]udence de remonter un cortège avec leur drapeau syndical noir et rouge à la main. On a vu bien pire, si l’on veut remonter plus loin. Il fut un temps ou pour vendre – plusieurs centaines – d’exemplaires du Libertaire à la sortie des usines Renault de Billancourt, les camarades devaient venir armés. Au sens strict : un flingue dans la musette.

Tout·e militant·e révolutionnaire, ouvrier ou non, peut raconter des dizaines d’anecdotes de ce type.

Que s’est-il donc passé samedi dernier et pourquoi parle-t-on soudain de violence ? Uniquement parce que la CGT a dû détaler, le rapport de force ne lui étant pas favorable. La faible mobilisation syndicale est en partie responsable de ce renversement du rapport des forces, le « cortège de tête » constituant une part inhabituelle du cortège. Cela s’est déjà produit ces dernières années ; cela se reproduira.

Il faudra plus que l’évocation de la déportation de militants communistes pour contrecarrer la réputation effectivement « collabo » du service d’ordre syndical. Collabo avec les flics dans les manifestations, collabo avec le système (y compris dans les usines, là où les flics ne sont pas présents).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article