Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

La danse de la panse

 

 

 

 

Vous aurez toujours des mots

Des indignés, des cyniques

Et des blasés

Pour parler à ceux qui ont du mal

A savoir leur histoire

Pour parler de ceux qui sont des gueux

 

REFRAIN

Mais attention à notre danse

De sauvages qui en ont assez

Mais attention à votre panse

Qu’un jour nous irons vous percer

 

Mots de trop, mots de peu

Mots de rien

Pour dire ce que devons faire

Pour dire comment devons vivre

Pour dire qui doit nous plaire

Devons manger, devons penser

Devons aimer

 

Vous aurez toujours l'envie et les moyens

De justifier votre richesse

Votre pouvoir et vos droits

Votre intelligence et votre beauté

Bien nourrie

 

Vous aurez toujours la joie et l'idée

De nous montrer du doigt

Nous faire passer pour des ânes affamés

Nous exploiter nous massacrer

Nous abreuver de votre mépris

 

Nous irons...

 

Tout le monde était prêt à "faire quelque chose", sans savoir quoi bien évidement, cela aurait été trop simple. Mais il y avait  de l'enthousiasme et de l'indignation. Cela dit tous se méfiaient les uns des autres et la partie s'annonçait ardue. Ce fut Ricks qui donna le ton de la minorité contestataire. C'était un curieux type que ce gars là. Tous ses propos montraient qu'à l'évidence il avait reçu une formation politique assez détaillée et poussée et Jacques se devait de reconnaître que sur bien des points il le dépassait. Mais ce n'était pas pour cette raison qu'il ne s'affronterait pas à lui. C'était bien plus complexe. Ca remontait à plus loin, quelques années en arrière, lorsqu'ils avaient commencé à se bidouiller des appartements laissés à l'abandon .

Qui pour échapper à l'atmosphère familiale des cités de travailleurs et s'affranchir de leurs parents, qui pour goûter de près aux joies de la vie communautaire entre adolescents sans contrôle parental, qui pour constituer une force conspiratrice qui les rendraient libres un jour, qui pour foutre le bordel et s'insoumettre aux lois-bidons du grand conseil, qui pour s'approprier, réapproprier disaient-ils dans leur jargon, des valeurs auxquelles ils n'auraient jamais pu prétendre autrement, qui simplement pour survivre en se donnant plus de moyens à plusieurs. La bande se débrouillait pour gérer un certain nombre de bidouillage d'appartements correspondants aux besoins des uns et des autres, installant les connexions d'énergie en bidouillant les cartes de survie et en les réactivant. Chaque appartement durait le temps d'être découvert et d'être expulsé par les administrateurs qui dans leur ensemble pensaient que ces valeurs détournés étaient détournées de leur poche sans plus d'analyse sur la réalité du processus. Il était vrai, officiellement du moins, que le processus n'intervenait en rien dans l'administration de la cité. A chaque appartement expulsé, lourdé comme ils disaient, les groupes qui tenaient encore accueillaient ceux qui venaient de se faire virer jusqu'à l'ouverture suivante. Les groupes de survie se défaisaient et se refaisaient alors au gré des affinités de chacun.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article