Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

mc41.jpgMAISON DU NORD.


Il a suffi d’une bourrasque

Forte à vous décorner les bœufs

Pour que ce vent là me ramène

D’un coup dans ma maison du Nord

Sur une rue à gros pavés.

 

J’ai tout revu dans l’instant même.

Comme alignée entre deux livres,

Etroite et haute, en briques rouges,

Elle mitoyait contre le froid

En s’épaulant sur ses voisines.

 

Dès qu’on avait poussé la porte

Et celle du bout du couloir

La grosse cuisinière en fonte

Vous assaillait de sa chaleur,

Et l’on rosissait à vue d’œil.

 

Le carillon sonnant les heures

En les doublant façon Big Ben

Interrompait les visiteurs

Sans souci de la politesse.

Et ça ne dérangeait personne.

 

Afin de réchauffer les chambres

L’imposte en bas des deux étages

Restait en permanence ouverte

Sur les escaliers-toboggan

Quand on y manquait une marche.

 

Le salon regardait  la rue

Ensuite venait la cuisine,  

Que prolongeait la véranda

Prise en partie sur le jardin.

A l’extérieur, les cabinets.

 

La porte en bois percée d’un cœur

Avait l’hiver un avantage

Car on ne s’y attardait pas,

Surtout s’il gelait à pierre fendre,

Ce qui était souvent le cas.

 

Pourtant l’été voyait fleurir

Le cyclamen et la glycine

Qui bordaient la petite allée

Qui conduisait à l’atelier

Pour des éternels bricolages.

 

Je crois n’avoir rien oublié

Je pense être resté fidèle

Comme le suis à mon passé.


P.SELOS   Paris, Janvier 2013

Commenter cet article