Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

odile

 

Il passait de moins en mois dans le dix-huitième, au Nord-Sud et délaissait la fréquentation de Patrice, de toute façon les relations nouées au Nord-Sud s'étaient noyées dans de l'esbroufe, les faux intérêts, l'éphémère des postures rebelles, aucun n'était venu au bar sauvage.

 

Ils étaient restés le cul vissé aux banquettes avachies du Nord-Sud à se complaire à la critique de la vilenie du monde, sans y rien changer, ils étaient tout englués dans leur recherche de défonce et de cous tordus, s'escroquant les uns les autres, sans vergogne et sans retenue.

 

Le monde n'était pas beau et ils y participaient bien, s'illusionnant sur leur prétendue pureté morale, ne cherchant en rien à l'embellir ou le rendre plus fécond, cherchant toujours à se procurer les éléments de leur consommation quotidienne, avec le moins d'effort.

 

Il apprenait son nouveau métier de pauvre squatteur à la dure, il s'était fâché avec Nora et par voie de conséquence avec Reine, il ne souhaitait pas reprendre son travail de veilleur de nuit, n'ayant nullement pour ambition d'y passer sa vie, et il avait rendu sa chambre d'hôtel.

 

Il était désormais le parfait "nouveau pauvre" sans domicile fixe dont la presse esquissait régulièrement le contour, la rue, de l'autre côté du mur pelé de l'ancienne usine commençait à s'animer, il reconnut certains des habitants à leurs cris jetés de loin en loin, il se redressa.

 

Alors voilà, c'est pour ça que tu es parti du lycée ? Dominique parfois se désespérait pour lui, et on pouvait penser qu'il y ait de quoi, un jour elle lui avait lancé au détours d'un couloir un péremptoire, Oui, mais toi tu retomberas toujours sur tes pieds, était-ce un compliment?

 

Ce n'était pas la première fois qu'il jetait tous les éléments de sa vie par dessus bord, en une seule journée, qu'il s'abandonnait lui-même à l'anéantissement le plus vain, qu'il allait chercher le fond du fin fond, dans l'angoisse absolue de tous les lendemains, puis il se redressait.


Dominique le lui avait susurré un jour où elle confiait n'avoir pas le moral, il faut parfois se laisser couler au plus profond de la piscine pour s'y appuyer sur le fond et donner le coup de pied nécessaire pour remonter, elle croisait beaucoup de gens plus âgés, elle avait déjà leurs mots.

 

Et toujours un événement inattendu, une rencontre particulière, une reconnaissance émue le faisait surnager, disposé à de nouvelles entreprises, sa vie oscillait en permanence entre l'euphorie béate et utopique et l'accablement nihiliste, entre les étoiles et le fond du ravin profond.

 

Dominique lui avait aussi parlé de la nécessité de se blinder, de se construire une cuirasse résistante, pour ne pas se laisser happer par les vicissitudes et les méchancetés des hommes et de leur société, elle avait des idées très pointues sur le sado-masochisme de toutes les relations humaines.

 

Ces crises de désespoir était fréquentes chez Arthur, à chaque fois il se sentait sombrer sans plus de souffle que pour gémir, mais il ne voulait s'avouer vaincu, il restait la fin du P.R.O.G.R.E.S. à gérer, les anciens ne voulaient pas que cela continue, il y avait eu de la bagarre.

 

Les grandes gueules alcoolisées de l'Autonomie Parisienne avaient déboulé dans le bar, passé une heure du matin, sous la menace et le chantage au cassage de gueule, il les avaient contraint à demeurer ouvert après l'heure légale, déclanchant le mécanisme du contrôle policier.

 

Arthur en était tout retourné, il avait dû passer deux heures de temps à se tenir entre un géant hurlant "Vous êtes des beaufs, vous êtes pas Autonomes, vous avez peur des flics, moi je les emmerdes, je veux boire, tu me sers" et un voisin kabyle au pistolet gonflant la poche de veste.

 

Car dès que les grandes gueules plus Autonomes que tous les Autonomes et seuls à être Autonomes avaient commencé à beugler, tous les gaillards de la rue étaient venus en renfort pour protéger le bar, dont le voisin kabyle enfouraillé, Arthur ne voulait pas que cela dérape, il tint bon.


Mais le lendemain les petits chefs du local tinrent une réunion d'urgence, ils ne voulaient pas que cela se reproduise et ils étaient certains que cela se reproduirait, la bande des beuglards était repérée depuis longtemps, ils étaient déjà venus dans des endroits semblables, les saccageant.

 

Dans la semaine suivante chacun mit un bout de l'histoire ancienne au jour, c'était des Pro-Situs, ils coursaient ceux qu'ils trouvaient mous, saccageaient des squats et des lieux, se bagarraient entre eux, tentaient d'imposer leur hégémonie sur le mouvement Autonome par la violence.

 

Beaucoup de ceux qui fermaient leurs portes et quittaient le mouvement de l'Autonomie le faisaient pour cette raison, il y avait eu mort d'homme quelque temps plus tôt et personne ne pouvait assumer le désastre, un agressé avait fait feu, terrorisé par une bande de Pro-Situs.

 

Arthur et ses compagnons faisait partie d'une nouvelle vague d'intervenants, apprentis courageux sur le terrain des occupations de bâtiments vides et de logement, leur première passe d'arme avait été ce bar sauvage sans prétention, sans moyens et sans suite dans l'idée.

 

Au bout de quelques semaines, cela avait tourné au fiasco, à part avoir alimenté l'alcoolémie des zonards, pouvaient-ils seulement faire un bilan positif, ils étaient tous sortis de leur solitude et s'étaient regroupés en bande pour agir, le bar avait cimenté leur réunion du Premier Mai.

 

Maintenant ils étaient plus nombreux, ils allaient pouvoir passer à de nouvelles actions, des projets se profilaient à l'horizon, cela ne concernait encore que ceux qui se considéraient comme militants et avaient organisé le bar ces mois durant, il leur fallait lancer un nouveau projet.

 

Un groupe d'insoumis au service national s'était constitué et tentait de définir ses motivations politiques, Arthur était déjà objecteur de conscience et attendait son procès, ils essayaient à plusieurs d'ouvrir un squat commun d'habitation, rien ne fonctionnait, c'était la fête continue.

Commenter cet article