Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pierre Selos

Chansons gratuites sur son site

       Les cons sont là

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

Possible n°9 Possible n°9

Texte libre d'acces

Romans pdf gratuit (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

Le lendemain, Tuya secoue sa fille âgée de six ans, elle tente bien de tirer sa flemme, c’est peine perdue, la grand-mère comprend le manège, c’est la curiosité de rester en compagnie des voyageurs et de visiter la trousse de maquillage, espièglerie enfantine...

L'article qui suit est un extrait, le chapitre cinq, de "Quelques élements d'une critique de la société industrielle" De Bertrand Louart , Juin 2003, Suite de sa reflexion sur son site : Notes et morceaux choisis Ce chapître cinq dans son contexte. Les...

Comme l’on dit d’une bande de mômes, ils étaient toujours fourrés ensemble, cela pouvait commencer le matin, alors cela se passait à l’appartement de la rue Houdard, l’un des mâles de la cour apportait les croissants, le Premier levé ou celui qui y pensait,...

Paris, le 17 janvier 1991 Ma bien belle amie, Me pardonnerez-vous le retard de mes voeux de nouvelle année ? Assurément, si l'on en croit le peu d'intérêt que nous attachâmes aux formes du monde ! Le stylo n'a voulu caresser le papier blanc qu'à l'instant...

Faire les mêmes gestes quotidiennement pour aller travailler de quoi gagner le nécessaire pour s’entretenir et retourner au travail sans aucune possibilité de changer rien à l’organisation générale de ce train-train assoupissant, s’en retirer pour faire...

Alors il respirait fort, tentait de faire refluer l'émotion, la tristesse, les pleurs, se motivait à trouver une occupation, rompre avec l'ennui, mais vivait-il, en vrai, vivait-il, s'il avait pu ne pas croiser Pierre, malgré cette affection indéfectible,...

Ses sœurs l'entraînaient à leurs soirées, cela avait du bon, un portefeuille par ci un porte-monnaie par là, il opérait seul, pas question de se griller auprès de tout ce petit monde, des chapardages adroits pour investir dans le biberon de ses veines,...

Or si Momo avait respecté la tradition, et en l’absence du père, vu le désintérêt de la mère, il aurait dû choisir pour elle, et toujours si, lui, Momo avait été un bon fils de famille, il aurait dû choisir un raté, bon travailleur, mauvais père, bon...

Le charme avec lui, c’était sa manière de tout tirer à la pirouette, et quand il se donnait le plus l’air dandy, il était le plus mal, Reine savait sentir cela, elle n’insista pas, "Qu’est-tu fais, Nora ! Tu t’chatouilles" "Oh ! Ca va les vulgarités,...

<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 > >>