Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les incontournables

Chansons gratuites sur son site

       Les cons sont là

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

Romans pdf gratuits:

Kahina,

Destin majeur,

De l'autre côté de la rivière,

Ne peut être vendu

Assemblée

 

 

 

Possible n°9 Possible n°9

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

Chapitre 4 – Kahina Il existe, à travers le monde, de rares êtres submergés d’une contemplation attentive de leurs contemporains. Des filles ou des garçons provoquent sans le vouloir des cascades d’émotions incontrôlées tout le long de leur parcours....

Écrire, communément, c’est poser des mots pesés sur une feuille, pour communiquer, dire à autrui ce que l’on pense d’intéressant, mieux dit, pas encore entendu ou compris. Écrire, c’est poser des sensations et des émotions pour qu’elles ne se perdent...

Kahina finissait de rouler le pétard. « Du sérieux, ma sœur, du sérieux, nous avons rendez- vous avec l’avenir ! » Nora intervenait, elle fila à demi-nue, le reste protégé par une grande serviette de bain, sous la grande couette. La nuque réceptionnée...

Mais cette angoisse constamment présente, même lorsqu’elle sommeillait, n’était pas reliée à des faits précis. Elle l’accompagnait et, telle une respiration, changeait de volume. Il s’arrangeait d’elle, pestait lorsqu’elle le submergeait, désespérait...

Aller voir comment c'est. Entrer dans la photo, être là sur ce chemin de sable, entrer dans le film, aller là-bas converser avec ce type accroupi, pour vivre une différence, pour rompre avec sa vie quotidienne et se la ré-apprivoiser, devenir soi-même...

Un soleil de matinée élégante le surprit à la sortie du métro Père-Lachaise. Il passa une Première fois dans la rue, sans oser s’approcher de la porte convoitée. Acheta des croissants à la boulangerie du boulevard. Revint dans le café de l’angle de la...

Pêche au cormoran Quand on voyage dans ce pays si lointain, si mythique, si inconnu dans la connaissance imparfaite que des époques historiques nous ont contées, depuis Marco Polo, puis les frères jésuites des "missions" en Chine, puis les "chinoiseries"...

La vie quotidienne a tendance à anesthésier nos perceptions, nos sentiments, nos humeurs, nos émotions, à refouler nos espoirs personnels, à les inféoder à des intérêts puissants et incompréhensibles directement. L'être humain qui est pris dans une machinerie...

Le comptage et le découpage horloger du temps imposent à l’homme moderne un stress inhabituel aux espèces animales. Toutes sortes de difficultés à être dans ce monde apparaissent en même temps et nous submergent. Alors on craque de mille manières, on...

Ils poussèrent jusqu’aux escaliers rejoignant la rue Custine. Puis, reprenant la rue Harmel jusqu’à la place Jules Joffrin, ils se séparèrent là. Arthur hésita. L’hôtel ou le Nord-Sud ? Il prit au plus court. Il n’y avait personne de sa connaissance,...

Mais sans cesse l’esprit d’Arthur s’évadait du présent impalpable vers le passé lourdement digéré, il quittait les bords de la rivière aux éclats d’argent, flottant par-delà les vallées assoupies, seul sous les étoiles, éclairé par la lune, allongé à...

Une guerre mondiale contre l’humanité Algérien, mexicain, colombien, tchadien, burundais, kurde, palestinien ou srilankais, le sang humain a toujours et partout la même couleur. Il coule pour les mêmes raisons. BASTA ! Journal de marche zapatiste, N°...

Il se détendit, il avait toujours besoin de se détendre, une sourde angoisse l'agrippait sauvagement aux moments les plus sereins, à chaque fois qu'une nouvelle étape vers son futur état de parvenu venait d'être franchie. Des fois il avait envie de dire...

Ils poussèrent jusqu’aux escaliers rejoignant la rue Custine. Puis, reprenant la rue Harmel jusqu’à la place Jules Joffrin, ils se séparèrent là. Arthur hésita. L’hôtel ou le Nord-Sud ? Il prit au plus court. Il n’y avait personne de sa connaissance,...

Communiqué du Collectif Génocide made in France www.genocidemadeinfrance.com Tiré d'indymédia Nantes Paris, le 22 mai 2009 Il y a 15 ans, l’État français supervisait et participait au génocide d’1 million de Tutsi. En une centaine de jours, l’État français...

"Il s'avançait au fond de la nuit noire. Comment pouvait-elle être autrement ? Bien qu'avec toutes les lumières de la ville, elle ne fût plus vraiment... La nuit n'existe pas, se surprit-il à penser, ce sont les hommes qui l'inventent au prix de leurs...

C'est la banque qui l'avait eu, corps et âme. Peut-être bien, s'il avait voulu composer, faire un peu comme tout le monde, se plier peu à peu, il y aurait moins perdu. C'est vrai que vers la fin des luttes, au début de la restitution partielle des terres,...

"Où l'on se demande légitimement s'il s'agit bien de la suite du chapitre I, où l'on s'aperçoit qu'en fait oui, bien évidement, où le mystère s'épaissit et l'intérêt demeure, espérons-nous, où l'on se demande où tout cela va nous mener, où l'écriture...

Un allumé ! Pour gagner un peu d’argent et vivoter, il se prostituait. Rosalie et le type étaient presque arrivés aux marches. Il pressa le pas pour les rattraper. Les ombres étaient passés devant le Sacré-Cœur, avaient glissé le long. Deux ombres noires...

NOTRE SOEUR NOUS ATTEND Elle était notre sœur avant notre naissance Et bien avant le temps d'avoir été conçu, Dans les tous premiers pas de la vie chancelante, Dans cette dent de lait des illusions perdues. Qu'on la mette à la porte, aux sorties de nos...

Il s’en rendait bien compte maintenant, il le faisait surtout pour passer le temps. Pour se désennuyer de cette longue attente. Attente de quoi ? Attente de qui ? Il attendait d’oublier les souvenirs de ses émois. On n’efface pas sa mémoire comme cela....

Chapitre 3 – Déambulations Plusieurs jours plus tard, dans le havre écaillé de sa chambre d’hôtel, la mémoire barbouillée d’impressions diffuses, à la recherche de son improbable sommeil de nuit, se tournant et s’agitant dans son lit, se posant mille...

De la trentaine d’associations expulsées l’hiver précédent du 116 rue des Pyrénées, bien peu s’étaient motivées dans la gestion de ce local. Chaque lundi soir, une quinzaine de personnes tentaient de faire le point du planning. Et aucune activité décidée...

Dominique se dulcifiait, soudainement bonne joueuse. Tu vas l’avoir celle-là, crois-tu ? Il y aura moins de couches de tissus à retirer, si tu veux sentir sa peau. Tu vas y arriver cette fois ? Tu ne la feras pas languir ? Si tu attends, tu attendras...

<< < 10 20 30 40 41 42 > >>