Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Griselidis5.jpgSe prostituer est un acte révolutionnaire Grisélidis Réal Carnet de bal d’une courtisane 1977 . En quoi Chaparov pourrait-elle démériter de s’adonner à cette prostitution de style que pouvait être le cinéma pornographique encore diffusé en cassettes pour antiques magnétoscopes dans des caves avec téléviseur à jetons, ou en salles.

Arthur se secoua, il lui fallait faire le point, ces ados étaient trop nombreux et leurs histoires virant sordides, semblaient être le ciment de leurs aventures, et survivre au lent suicide. Une aspirante travailleuse du sexe, une jeune fille violée et un jeune ado abusé sexuellement et en tentative de suicide grave, hospitalisé.

En moins de vingt-quatre heures, sans faire d’inutiles mention de l’aveu rapide et fugace de Simon sur la nature de ses rapports réels avec Mendes, Arthur pensait être à la marge haute du supportable avant que le collectif ne splitte complétement, il fallait déléguer et que tout le monde ne s’occupe pas de tout, chaque personne son entourage.

Pour Mendes il fallait qu’il aille très vite voir le père Arthur et voir qu’il prenne bien les rênes en totalité de ce qui pourrait se tenter pour Mendes, il fallait un psy et un bon éduque, et seul le père Arthur pouvait trouver, pour Cookie il y avait famille et relations nombreuses, Chaparov était presque majeure et semblait décidée.

Olivier Megaton, le bonnet de laine sur l’œil, se glissa vers Arthur : 

— Hey, il faut calmer le jeu, ce n’est pas des gentils ces gars là, en ce moment ils ne sont pas très nombreux, mais c’est des vrais cartonneurs, s’il y a des gars qui font n’importe quoi chez nous, c’est tout le monde qui se prend les représailles, c’est chaud… 

— Oui, mais je ne suis pas tout seul, faisons le tous, et puis laissons faire ce que souhaite Cookie…

— Tu la connais Cookie ?

— Comme ça, elle passe souvent l’après-midi, elle créchait en bas au bout de la rue, elles sont rigolotes… mais quand ça tourne mal comme ça, c’est nul…

— Il y a une famille avec de bons moyens derrière, elle ne va pas être isolée, mais ils déconnent trop, ils ne se rendent pas compte des risques qu’ils prennent, c’est ça qui me fout la rage, ça n’aurait jamais pu se produire, ça veux dire qu’on ne transmet rien, on voit ces mômes tous les jours, et on n’a pas pu leur donner le moindre conseils pour se protéger, et ne pas rester isolé…

Olivier Megaton était un angoissé, sur toutes les personnalités passant et animant régulièrement les lieux il y avait également Marsu, et Arthur n’arriva jamais à savoir lequel des deux D’Olivier ou de Marsu lequel était le meilleur angoissé… Olivier Megaton culpabilisait et Arthur également sans nul doute, Marsu assurément.

Pierrot le roadie, celui à qui Chaparov avait conseille de ranger sa queue s’était rapproché également, c’était un petit skin aux étoiles rouge et noire de la CNT, syndicat initié par les vieux anars espagnols victimes et réfugiés de la guerre civile, dont le siège demeurait actif pour de nombreux comité de soutien à de nombreuses causes.

Souvent un concert de soutien avec groupe punk fédérait, dans la cour historique du 33 rue des Vignoles, les hymnes rageurs des bandes ; la presse de fanzines et de fans de groupes musicaux exerçait une visibilité de propagande d’au moins la moitié du matériel des interventions militantes, les tables de presse étaient punks.

Pierrot dépouillait la caisse de la CNT avant d’y être militant ! Il y avait un concert aux Vignoles un dimanche après-midi. Près de la porte d’entrée Snuff somnolait ses bières, des types arrivent et mettent 30 balles chacun dans la caisse, qui était vide. Il se réveille et fait des prix aux mecs qui se pointent, met le blé dans sa poche…

 La CNT, Pierrot y était par élimination, était très fier d’en être membre. Il donnait toujours des coups de main, mais le syndicalisme est difficile ! Il faut continuer à parler du boulot après le boulot, et quand on n’a pas de boulot, parler de quoi ? Il rendait des services à la machinerie, était doué, était devenu roadie des Bérus.

Le voyant arriver Arthur prit le pétard qu’on lui tendait et caressant le chien Black qu’il commençait à avoir en bonne compagnie, il devenait la mascotte lui aussi, un chien si brave que l’on en voit qu’au cinéma et au squat USINE. Il tourna le dos au roadie et fila au téléphone joindre le père Arthur, sa propre part de travail.

Le temps ferait les choses et les déferaient, Arthur n’était pas maitre d’aucune cause ni d’aucune circonstance, encore moins de conséquences, il se demandait si le temps d’une espèce pour se différencier d’une autre au cours des âges infini n’était pas aussi le temps humain, le temps de tous les demains.

Tu veux dire que nous avons le temps ?

L'infini Dominique ! Vis si bien ta vie que j'en sois jaloux.

Tu connais la jalousie ?

J'ai beaucoup appris depuis le lycée…

C'est vrai tes universités étaient de la dernière originalité, très peu académiques

On peut le dire et cela mène où tout ça, de l'univers au monde ?

Les chercheurs préfèrent l'inverse.

Est-ce plus original ?

La connaissance est partie de l'univers et de son observation. On suppose que la vie en est issue !

Quel est le sens emprunté par les destinées ?

Dans quel sens le dis-tu ?

Cela n'aurait pas de sens si cela n'avait pas tous les sens !

Tous les sens ?

Et le sens des essences, de tes essences ? Quand ton cou réfugié au creux de mon nez réclamait aide et assistance ! Savais tu déjà que tu m'infligerais la plus cruelle des peines ? Est-ce là le sens de notre essence commune ? Tu veux faire partie des puissants que je combats, m'écraseras-tu ?

 

*/*

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article