Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert


chantier-st-germainNOS ACTIVITÉS :

Sous forme d’ateliers ou de stages :

•    Activités paysannes :
Cueillette et transformation, myrtilles, châtaignes.
Plantes sauvages, aromatiques et médicinales.
Potager.

Chantier de solidarité : foins, maçonnerie…
Découverte du milieu en montagne ardéchoise.

Activités artistiques et culturelles :

Photographie.

Arts plastiques.

 Création de livres.

Création d’événements artistiques.

Cultures du monde :

Initiation à la civilisation, la langue et la cuisine chinoises...

Accompagnement aux voyages et retours.

Accueil pour voyageurs.
 Programmation, accueil de manifestations extérieures.

Où ?

Les ateliers et certains petits stages ont lieu au Libonés, hameau de la montagne ardéchoise.

Atelier d’art plastique.

Petit labo photo.

Hébergement, réduit sur place, chez l'habitant, ou en gîte local.

Un laboratoire photo pouvant accueillir des petits groupes est disponible à Aubenas, ainsi  que des hébergements (gîtes, hôtels…) aux alentours, et des espaces adaptables aux arts plastiques et activités paysannes.

Stages intra (Chez vous), car nous sommes voyageurs et aimons aller voir ailleurs.

Muriel Le Strat, Christian Hivert

Le Libones 07600 JUVINAS

HISTORIQUE ET SOCIOLOGIE DU PROJET.

Anciens parisiens, nos parcours nous amènent en septembre 1998, en montagne ardéchoise, à Burzet.

Pendant 4 ans, entre les vallées de Burzet, La Bastide sur Bezorgues, Antraigues, Laviolle et Aubenas, nous participons à un réseau d'échanges et d'activités paysannes, artistiques et culturelles, associées à une pratique d'accueil et de solidarité.

"Quartier sud" s'inscrit dans ce réseau et s'appuie sur lui :Il s'agit de petits producteurs en polycultures et élevage, qui pratiquent l'accueil (accueil touristique, vente de produits), et la solidarité (famille d'accueil, entraide paysanne).

Il existe également un vivier artistique et culturel : comédien, musiciens, plasticiens, culture populaire paysanne… Ce réseau fonctionne tant bien que mal et souvent on peut davantage parler d'un potentiel.

Nous prenons place dans ce réseau avec nos spécificités et compétences : C. Hivert, écrivain, machiniste décor, peintre en bâtiment, voyageur ; M. Le Strat, photographe, éducatrice, voyageuse.

Dans un premier temps en co-organisant des journées de solidarité paysannes chez les uns et les autres en fonction des besoins : constructions d'un poulailler, d'une serre, début d'un four à pain, isolation d'un toit en paille de lavande, création de sanitaires, foins, pommes…

Nous créons ensuite un lien avec "les Aubenades de la photographie", une association culturelle d'Aubenas, en y exposant en 2000 " Fuite en chine" dans le cadre de leur sélection "Découverte talents " ; et en co-organisant le festival photo international " Regards croisés 2001" sur l'Afrique.

Depuis septembre 2001, nous animons un atelier d'art plastique, à la suite duquel nous organisons notre première exposition, à Mezilhac en août 2002.

L'association "Quartier sud" est née de la rencontre de nos compétences et de ce potentiel local, et également des manques sociaux et culturels que nous avons constatés :

-Un manque de lieux de cultures et de pratiques artistiques de proximité, du type MJC ou centres d'action culturelle.

-Un besoin de soutien et d'accueil pour des personnes en situations précaires (difficultés économiques, sociales, médicales…), personnes pour lesquelles un lieu d'accueil où l'on peut pratiquer des activités artistiques, culturelles ou de découverte du milieu, reliées à un réseau social peut permettre une résonance, une réassurance et le retour d'une dynamique propre.

-Un besoin d'entraide paysanne, qui est plus difficile à mettre en place aujourd'hui, le tissu social paysan étant très relâché.

"Quartier sud" répond à ces besoins et participe à une dynamique locale :

Les ateliers hebdomadaires, stages et projets, ainsi que l'activité d'accueil, créent cette dynamique de lien social de proximité et d'ouverture entre résidants locaux, vacanciers, et personnes en difficultés.

Nous nous inscrivons également dans un réseau plus large en développant des liens déjà existants : dans le cadre de notre travail avec "les Aubenades de la photographie", nous commençons de développer une activité pédagogique, en associant pratique photographique et travail théorique avec photographes et sociologues

Nous souhaitons de plus être un pont avec un réseau plus urbain, qui appartient à notre histoire :

ACTIVITÉS PAYSANNES, CULTURELLES, ARTISTIQUES

ACTIVITÉS TECHNIQUES ET PAYSANNES :

Il s'agit d'apprentissages légers et d'expériences liées à la découverte du milieu naturel de la montagne ardéchoise et aux activités paysannes liées à notre mode de vie : nous exploitons, en culture traditionnelle, des terrains (potager, myrtilles, framboises, châtaignes, plantes sauvages,aromatiques et médicinales). Nous récoltons et transformons nos produits.

Nous accompagnons des ballades au sein d'un réseau de petits producteurs locaux. Nous participons à des journées de solidarité en milieu rural (Chantiers, foins, potagers….).

La participation à ces activités de pleine nature favorise un (r)éveil des sens, permet la découverte d'un milieu naturel et social, peut également donner lieu à un travail de création :

-Cuisine, ballades photo-dessin

- Ou à des projets particuliers (ex. : Mur d'images "En chantier").

ACTIVITÉS CULTURELLES :

-Cultures du monde :

Nous sommes voyageurs et nous nous intéressons à la relation au monde de chaque culture, à la résonance de ces cultures avec le monde actuel.

La culture chinoise est notre spécialité, nous organisons des conférences et stages

-"Civilisation, langue et cuisine chinoises".

Nous sommes prêts à accompagner toute personne dans la découverte d'une culture, d'un pays, d'une région, d'origine par exemple.

Nos expériences des voyages nous permettent d'accompagner des petits groupes (4 à 6 personnes) dans la préparation, le voyage et la réalisation d'un document de retour :

-"Écriture",

-"Proposition artistique"…

Il ne s'agit pas de voyages pré-organisés, mais d'une aide à l'organisation du voyage et de son retour.

-Espace d'information : nouvelles locales et mondiales.

-Hébergement en dortoir pour voyageurs.

ACTIVITÉS ARTISTIQUES :

Nous considérons l'art comme nécessaire à la vie et non pas comme accessoire de la vie.

La pratique d'activités artistiques permet de s'ouvrir au monde, de le ressentir, d'exprimer ses résonances avec le monde actuel sous la forme d'une "proposition artistique", d'une écriture et ainsi d'y prendre place.

De l'initiation aux projets de création, sous la forme d'ateliers ou de stages, nous proposons, parallèlement à la pratique de techniques, une réflexion sur la démarche de création, sur le sens d'une écriture:

-Photographie, arts plastique, création de livres, création d'événement artistique, accueil et programmation.

ATELIER :

On peut s'y initier, ou se perfectionner à une technique. Ce temps de travail régulier, qui peut être individuel ou collectif, crée une dynamique d'ouverture, de rencontres, d'échanges et est ainsi à l'origine de projets qui peuvent avoir lieu ailleurs, à d'autres moments (2001 : journées de solidarité, exposition collective à Prunaret, 2002 : exposition collective, art plastique, photo, son à Mézillac, 2003 : travail sur la marée noire en collaboration avec une association albenassienne " tournico-sol").

ESPACE D'ACCUEIL ET DE RÉASSURANCE

•    Nos expériences professionnelles et expériences de vie nous ont permis de constater que l'accueil, la nature, la cuisine, l'art et les voyages faisaient bon ménage pour aider à l'épanouissement des personnes.

La nature et la cuisine ouvrent un chemin qui mène de l'éveil des sens aux apprentissages, l'art, un chemin qui mène de la découverte du mode à la proposition au monde, le voyage, par la découverte d'autres résonances, permet de traverser l'absence, entre séparation et retour, et l'accueil, car il faut pouvoir être accueilli pour accueillir à son tour et prendre une place parmi d'autres.

Le projet de "Quartier sud" fonctionne donc comme un espace de réassurance par la possibilité qu'il offre de (re)partir des sens, d'aller vers une "écriture", qui sera proposée à d'autres et permettra de (re)mettre en place des liens sociaux.

Nous pensons que ce projet peut aider certaines personnes en difficultés. Nous pouvons les accueillir après une co-élaboration des projets avec les équipes spécialisées.

Muriel Le Strat

PARCOURS PERSONNEL

Je suis actuellement éducatrice spécialisée et photographe. À 41 ans, une cohérence me paraît se dégager de mon parcours professionnel et artistique. Cohérence dont je souhaite que l'association "Quartier sud" puisse être le reflet.

Dans le cadre de l'éducation spécialisée, deux expériences de travail me "nourrissent" :

-L'expérience d'un travail, en lieu de vie (91), accompagné par le Dr Tony Lainé et son équipe auprès d'adultes sortant d'hôpital psychiatrique.

-Le travail accompli pendant dix ans avec l'équipe de l'I.M.E. de Sillery (91) dirigée par M. Blézel et le Dr Bonnard, auprès d'adolescents psychotiques .

Ces expériences m'ont appris l'importance d'un travail de co-élaboration des projets éducatifs avec les personnes prises en charge elles même et leur famille, dans le plus grand respect de ces personnes, allié à un travail de recherche et de contrôle rigoureux en équipe.

Elles fournissent les bases actuelles du cadre de mon travail auprès de personnes en difficultés, à savoir : ouverture, recherche, élaboration en équipe et contrôle.

Parallèlement à ces activités professionnelles et souvent en lien, j'ai toujours eu une activité artistique : Théâtre  et-ou photographie (formation et (re)présentations).Dans ce domaine là quelques expériences me guident.

La plus importante, celle qui soutient ma démarche artistique est celle réalisée avec B. Sachel au conservatoire de Juvisy (9&), qui m'a appris la nécessité d'un travail de recherche rigoureux et l'importance de pouvoir créer sans douleur.

Notre projet actuel de travail sur des "Espaces" qui relient photo, arts plastiques et arts vivants, s'inspire pleinement de cette expérience. Deux autres rencontres font le lien avec l'éducation spécialisée :

-la pièce musicale crée par M. Turkama avec les adultes du C.A.T. Eurydice, que j'ai pu accompagner lors de sa création.

-Le travail de théâtre de rue réalisé avec S. Malduca, comédien handicapé physique et la compagnie Mambo, travail qui s'ancrait dans un réseau urbain et qui nous a amenés à travailler avec le foyer du Pont de Flandres(Foyer I.M.C. Paris 19), le Théâtre du fil( atelier protégé de l'éducation surveillée 78) et le collectif U.S.I.N.E. (lieu squatté 93)

Ce sont ces premières expériences de travail de création avec des personnes en difficultés qui ont fait que j'ai décidé d'orienter ma façon de travailler en associant art et aide aux personnes en difficultés. Spécificité que j'ai pu également mettre en place en partie avec l'I.M.E. de Sillery (création d'un labo-photo,

Ces "jeunes années" font apparaître une pratique des lieux collectifs (Mambo-U.S.I.N.E.-Lieu de vie).

Par la suite à l'age de trente ans environ, j'ai réalisé un vieux rêve avec mon compagnon : Voyager en Chine. Nous avons appris le chinois, fait des économies et préparé le voyage pendant deux ans, puis nous avons voyagé pendant un an en Chine Populaire.

Ce voyage correspond à une autre étape de ma démarche artistique, après le travail de comédienne, je passe à un travail d'écriture, photographique dans un premier temps, puis associé à l'écriture de C. Hivert actuellement. Les voyages font partie de notre mode de vie, nous sommes partis souvent et le plus longtemps possible.

Notre ami S. Malduca, qui est de plus comédien et handicapé physique, a partagé à de nombreuses reprises (Italie, Portugal, Martinique) cette aventure du voyage avec nous.

Pour moi comme pour mon compagnon, les voyages sont associés à "l'écriture", de la même façon que notre mode d vie en milieu rural et notre goût pour la cuisine d'ici et d'ailleurs.

Nous entendons "écriture" dans le sens le plus large ; photo, dessin, théâtre, musique, cuisine, …textes.

Notre départ en Ardéche m'a permis de travailler à mon "écriture".

Une formation en photographie et à l'organisation d'expositions y ont été possibles avec S. Crolard et "les Aubenades de la photographie" . La co-organisation de la thématique sur l'Afrique du festival "regards croisés 2001" a été un champ d'apprentissages et de rencontres très riche.

Les emplois, en ce qui me concerne l'éducation spécialisée, étant peu fréquents en montagne ardéchoise, j'ai eu le temps d'observer le milieu social et de m'y inscrire en faisant un travail culturel, de réaliser mes propres expositions , de reprendre une formation en Chinois (DU. Langue et civilisation) et de réfléchir avec C. Hivert et quelques autres,à la création de "Quartier sud", qui regroupe nos goûts et compétences : Arts, Voyages, Accueil, Cuisines, Nature.

Goûts et compétences que nous souhaiterions associer à cette région ardéchoise,où le milieu social et le milieu naturel favorisent à mon sens ce projet ; car ce milieu permet une rupture et est en même temps porteur d'une dynamique de création de liens sociaux

Hivert Christian

PARCOURS PERSONNEL

La lecture de mon C.V. fait apparaître une vie professionnelle chaotique et précaire, mais également une logique de choix individuels. Les lacunes évidentes de formations qualifiantes agréées sont en partie compensées par un apprentissage professionnel sur le tas : nombreux chantiers de réfection d’appartement sur Paris et région. C’est néanmoins cette expérience de travail non déclaré qui a rendu possible des embauches multiples de courte durée.

Une partie de cette expérience a été évaluée en mai 1993 par l’ANPE (Electricien op1-op2, peintre op2).

Le travail de machiniste et l'expérience du montage de décors de plateaux, hormis la possibilité d'aborder la création par son indispensable résolution de problèmes techniques, me permet d'aider à réaliser des expositions et des événements artistiques.

La multiplicité de mes activités sociales démontre mon intérêt et ma disponibilité pour l’accompagnement de personnes en difficultés (Antonio, Medhi, Sergio Malduca), ainsi que ma faculté à animer et organiser des lieux collectifs (M.A.P.LI., U.S.I.N.E., Comité des Mal-logés). Cette activité sociale constante et cette proximité avec des précaires est également l'un des matériaux de base de mes travaux d'écriture ( "Ne peut être vendu").

Aucune formation qualifiante agréée n’est cependant venue formaliser cette expérience et la transformer en source d’emploi.

Il faut dire que la compétition effrénée sur le marché de ces emplois non-fictifs fut telle au cours de ces années 1980-2000 que je préférai privilégier d’autres valeurs et d’autres recherches que la possession mensuelle d’un salaire éphémère et en baisse constante.

Ma compagne (Educatrice spécialisée et photographe) ressentait autant que moi le besoin de faire une pause, nous avons donc réuni une somme conséquente (Chantiers et économies) pour réaliser un rêve commun ( Voyage en Chine pendant un an).

De retour de Chine, continuer de vivre dans l’univers hautement concurrentiel parisien nous déprimait fortement. Nous avions fait le tour de ce que nous pensions y trouver. Nous éprouvions, quitte à subir une importante baisse de revenus, le besoin de prendre du temps pour écrire, négocier un nouveau tournant dans notre vie.

Une proposition d’embauche comme gardien de propriété à Antraigues (07) ayant croisé notre parcours en septembre 1998, nous déménageons et nous nous installons en Ardèche où nous vivons depuis onze  ans.

Mon expérience dans le bâtiment nous permet de négocier un bail de loyers contre travaux à Prunaret (1999 à 2002), renouvelé en loyer modique jusqu’à 2005.

Nous vivons de notre production potagère, de petits travaux et remplacements, organisons un événement artistique local ( Mezillac), recevons Sergio Malduca, comédien et handicapé, lors de ses vacances, nous intégrons dans un réseau local de paysans pauvres et de précaires au chaos créateur, participons à des journées de travaux solidaires, préparons notre nouveau projet ("Quartier sud").

Mais la maison et ses terrains sont vendus à un vacancier, nous devons déménager d’ici 2005.

Tout cela va bien lorsqu’on a vingt ans.

Nous avons donc deux objectifs majeurs :
•    Trouver une nouvelle maison spacieuse avec des terrains et des dépendances (Possibilité d’échange de loyers contre travaux, prévu par un bail).

Créer et développer une activité rémunérante d’accompagnement de personnes en besoin de ressourcement individuel autour d'activités artistiques, paysannes, culturelles, (Associations : « Quartier-sud »), ce qui à changé d'objectif, Muriel ayant repris un poste à temps plein comme éducatrice spécialisée à l'IME de Lalevade voisin où elle développe ses activités artistique, nous continuons d'animer des activités en milieu rural en lien avec nos passions, expos, stages , travaux collectifs, etc

Et je continue d’écrire des nouvelles et romans.

Et depuis 2005 la nouvelle maison est trouvée, grace à l'activité d'une petite commune ardéchoise à Juvinas, ils ont eut le projet de rénover à neuf l'ancienne école pour un logement H.L.M que nous occupons au desus de la salle associative que nous gérons. l'aventure continue, les cours de Taï chi chuan continuent et des expositions de photographes et de peintres sont régulières, nous sommes un petit pôle d'activités artistiques et culturelles en milieu rural.

Ainsi est Quartier Sud

Commenter cet article