Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

109.jpgMalgré tout, ce genre de merdier électoraliste avait fédéré nombre de petits collectifs sur les décombres des dernières luttes massives des années 70 ; comme des adolescents ne voulant pas se disloquer en fin de manifestation, ils se reformaient dans des espoirs lancinant de remettre la question du changement social total en selle.

Le collectif antifasciste de Montreuil qui ne s’appelait pas encore Projet Radicalement Ouvert de Luttes Ouvrières et Sociales – PROLOS –, était issu de ce reste de foisonnement, encore très créatif et qui rassemblait sur des opérations ponctuelles nombre d’interventions, notamment sur les lois sécuritaires de la nouvelle « cohabitation ».

Arthur allait tous les voir, les fréquentaient jusque dans leurs demeures, souvent accueillantes ; il voulait comprendre, apprendre, partager, peut-être trouver avec d’autres : la force. Où était la force terrible des peuples assemblés ? Tout semblait stagner dans la plus infernale des indifférences collectives, il s’épuisait, alors buvait.

Le plus délicat était lorsqu'Arthur se retrouvait en famille – les dernières rares fois où il n'avait pu se soustraire à une obligation morale sonnant comme un chantage –, il frémissait d'horreur à l'idée qu'on puisse lui demander ce qu'il faisait de sa vie ; il éludait, biaisait, disait être en colocation communautaire, racontait n’importe quoi.

Ce n'était pas racontable, c'était décousu ; c'était su – des articles héroïsaient les dénuements de leur réel, une réplique superbement transposée de leur geste ténébreuse – mais au cours d'un mariage de cousine, mais au cours d'un repas entre anciens camarades de classe ; c'est si loin de leur danse des canards, comment raconter ?

—   Dans nos bons salons bourgeois, il est question de bâtir le monde !

—   Oui toutes ces vies offensent tant de cette désinvolture chère à l’esprit français, ma chère. De cette grâce, propre à une respiration toujours évoquée en élévation, vaporeuse, incomparable, idéale, courtoise, malicieuse. Si loin de toute trivialité, Dominique !

À moins de s’en emparer pour dire l’aversion de leur quotidien – pour la plupart ils avaient la volonté d’échapper à la réalité commune, de se bâtir contre l'insuffisance moyenne – ils ne voulaient plus percevoir les vies courantes ; ils les regardaient d’en haut comme pour finir de se désagréger et oublier leurs tourments, leurs peurs.

Il faudrait s'enquérir de la disposition de quelques dégénérescents aisés à n’être pas les derniers à se réaliser dans ce divertissement, car pour eux c'en est un : fils de bonnes famille en rupture, larrons infiltrés ; comment s’en sortir sans mal, sans perplexité, ils affichaient de la rage : certains qui n'étaient pas de leur monde jouaient.

Myrtille, tous comme nombre des plus hirsutes de la tribu bérurière ne venait pas d'une famille modeste – il y avait même des fils de généraux ou de haut fonctionnaires, en pleine rupture familiale –, trainait ses fêlures autant que l’excrétion violente de sa classe d'origine : comprise comme complice du massacre général.

Commenter cet article