Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Tu voulais bien d'un homme s'il pouvait être marche pied, tu voulais bien d'un père à ton enfant s'il pouvait n'être que géniteur, tu voulais bien de quelques amis s'ils pouvaient être des opportunités de carrière, tu voulais bien d'une enfant si elle était la réalisation de tes ambitions, pauvre sœur.

 

Alors tu m'as laissé seul et dans ma détresse inimaginable, et tu m'as exclu de toute connaissance, de toute fréquentation, tu as tiré un trait total et définitif, pour moi c'était la mort dans ma vie, c'était le deuil des vivants, le deuil de toi vivante, de toi loin de moi, je suis parti divaguer.

 

Lorsque la souffrance est si intense que l'on se noie en plein air, que les respirations les plus simples sont des machineries oppressives à mettre en œuvre lourdement, et que chaque pas nécessite une lutte décousue, la raison même exclue le survivant de ses intentions, j'étais fou.

 

Je ne connaissais plus qu'une adresse, un seul lien, un seul contact véritable, un seul refuge, un seul être humain qui ne serait pas indifférent, Pierre Selos m'a accueilli, a compati, m'a guéri de mes délires, pas de toi, de toi je ne parviens à me défaire, ma vie coule le long des caniveaux.

 

La jeune immature que tu étais a-t-elle réussi à grandir, tu auras une fille, un fils, qui sait, sauras tu leur dire, sauras tu grandir à temps, au milieu des plaisirs d'apparaître, sauras tu sortir de la grande cage dorée où échouent les incapables de vivre et de laisser vivre, les puissants du monde. 

 

Ou te complairas-tu dans le vide mécanique des vies exclusivement utilitaires, sans aucun contrôle sur l'utilisation de tes actes et de tes productions juste obstinée à trouver de l'argent pour en faire de l'argent et faire gagner les puissances qui t'ignoreront puisqu'elles ignorent toute vie.

 

Le car de Crs se remit en route au bout d'une heure, Arthur avait somnolé, les vapeurs du vin nocturne refluaient lentement, il avait un léger mal de crâne, le bruit du moteur et des vitesses passées l'éveilla, le conducteur l'apostropha, je ne sais pas qui vous êtes, mais on vous soigne.

 

Le commissaire veut vous voir en personne, mais il n'était pas encore revenu à son commissariat, il était resté sur place pour veiller à ce que vos copains n'y fassent pas la révolution, et il ne veut pas que l'on vous mette en cellule de garde-à-vue, c'est juste parce que vous êtes montés sur le toit.

 

Vous serez relâché dans la matinée, ne vous inquiétez pas, je ne m'inquiète pas, ils m'ont demandé par la radio si vous étiez calme, je n'ai pas de raison de ne pas l'être, ma lutte n'est pas à l'encontre des forces de l'ordre mais pour l'obtention d'un logement décent, pour vos enfants aussi.

 

C'est terrible ces histoires de logement en ce moment, même nous en tant que fonctionnaires, on est prioritaires, alors on est mieux lotis, mais on se rend bien compte, on voit de ces histoires, mais vous connaissez, vous étiez à la place de la Réunion, je ne vous apprend rien, c'est sûr.

 

Arthur avait souvent été confronté à ce genre de dialogue, au fil des occupations de bâtiment administratif, pour obtenir de l'eau dans les logements occupés ou de l'électricité, ou dans les regroupements de précaires occupant les agences pour l'emploi, c'était le sens de sa lutte.

 

Mais désormais tous voulaient séparer tous, les plus jeunes s'étaient retranchés dans une grande fabrique qu'ils avaient barricadée de l'intérieur pire qu'une forteresse moyenâgeuse, isolés de la population du quartier, froids et méfiants envers tous, radicaux en tout.

 

C'était l'inverse même de ce que Arthur et ses compagnons des mal-logés avaient essayé de mettre en œuvre, mais c'était à croire que c'était fait pour, détourner les plus jeunes de l'envie de soutenir le comité en flattant leurs instincts de jeunes guerriers rebelles, se construisant leur prison.

 

Avec l'expulsion de la matinée, c'était une nouvelle permanence du comité des mal-logés qui venait de disparaître, on s'acheminait alors vers une petite guerre de position et de harcèlement dont le comité ne pouvait sortir victorieux que si l'unité la plus large était obtenue.

 

Hors les différents collectifs, engagés sur des luttes radicales de la région parisienne, bataillaient précisément sur ce point de l'unité, et ils s'entendaient tous pour obtenir la séparation la plus absolue entre les uns et les autres, trouvant tous les arguments pour se différencier.

 

Les plus jeunes se revendiquaient du droit à la paresse et à vivre sans travailler pour le système, attendant de pouvoir accéder à la mâne incontrôlée encore du revenu d'insertion, ils ne voulaient pas payer de loyer, ils se voulaient nomades urbains, guerriers métropolitains.

 

Mais tandis que jusqu'alors ils s'étaient reconnus dans les objectifs du comité et sentis solidaires de travailleurs pauvres revendiquant un logement social qu'ils pourraient payer avec leur salaire, désormais les pro-situs invisibles venaient leur apprendre à ne pas se mêler des luttes d'esclaves.

 

C'était à se demander si cette idéologie de la non-idéologie n'avait pas été concoctée par d'éminents linguistes dans les sombres caveaux des machinations hautement stratégiques des forces de sécurité intérieur défendant les intérêts puissants des industriels dictatoriaux gouvernant l'Etat.

 

Confondant tout et son contraire, ces étudiants chevronnés et fiers de leur puissance absolue de réflexion venaient se mêler à la populace pauvre et sans emploi des squats, repérant les plus motivés et les plus sincères, s'attachant à eux par une multiplicité de liens affectifs et matériels.

 

Puis il leur mettaient la main sur l'épaule en grands frères apitoyés, mais tu ne crois pas que tu perds ton temps, regarde les, ils se battent pour avoir le droit de travailler, se faire exploiter et payer leur loyer, c'est cela que tu veux, allons tu te fais récupérer par des manipulateurs, réagit.

 

Personne ne peut dire que le meilleur appât à mouches soit le vinaigre, il y avait une manière ineffable de capter l'ego, de le flatter, chaque cible était amadouée habilement, courtisée dans les règles, Arthur avait son franc parlé et ne savait aussi savamment plaire, il souhaitait la conscience

Commenter cet article