Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Mardi 2 novembre 2010 2 02 /11 /2010 23:23 ce que j'ai entendu

actuel1

Je ne sais pas ce que vous avez vu à la manif du jeudi 28 octobre dernier ; mais je voudrais vous dire ce que j’ai entendu, moi qui n’ai eu que la bande son.

 

D’abord, je n’ai pratiquement entendu aucun slogan, juste un venant du N.P.A., incompréhensible d’ailleurs. Pas de slogans clairement audibles, j’avais déjà remarqué cela à la manif précédente. Il en résultait, pour moi du moins, une espèce d’uniformisation, car impossible de savoir qui était qui, qui était là ou qui n’y était pas.

 

Ce que j’ai entendu en revanche, et jusqu’à la migraine, c’était l’odieuse sono de la C.G.T., omniprésente, tonitruante, des haut-parleurs criards crachant à fond les décibels le folklore traditionnel, dont l’éternel « anti-social » auquel on a droit à tous les coups. Et puis, il y avait les sifflets, scandant à l’infini un slogan virtuel (pour moi : Sarko, démission !) jusqu’à transformer nos tympans en passoires. Le tout faisait un composé de fête à Neu-Neu et de pré-match de foot, qui rendait impossible tout échange personnel, sauf à hurler et encore.

 

Qui veut cela ? Je n’en sais rien. Mais voici comment je l’interprète. Ce que j’ai entendu, c’est une troupe docile de braves gens marchant au pas. Nous les connaissons, ce sont souvent des amis. Ils sont combatifs, dévoués, souvent lucides. Mais voilà : ils obéissent. Ils font ce qu’on leur dit, même si c’est débile et que ça ne sert à rien. L’important est d’occuper le terrain, et l’occupation sonore est l’une des plus efficaces, puisqu’elle empêche la communication ; et le but de tout système monolithique, pour ne pas dire totalitaire, est d’empêcher la communication horizontale en imposant une communication venue d’en haut et à sens unique. Cela me rappelle ces villages tchèques, que j’ai bien connus dans mon enfance, arrosés à longueur de journées par la propagande officielle que déversaient les haut-parleurs de la mairie. A voix unique, pensée unique. La surpuissance de la sono cégétiste a pour effet, et pour but peut-être, d’écraser les formations minoritaires, qui ne disposent ni des mêmes moyens ni des mêmes effectifs, et surtout qui prônent l’échange plutôt que la prédication.

 

Je vous invite à réfléchir, à cela et à bien d’autres choses, avant la prochaine manif du 6 novembre.

 

 

Olympe

 

Commenter cet article