Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

25723_1390876088907_1142260818_31142386_6111192_a.jpgDes bureaux gratuits dans un immeuble propre, l'association serait mieux logée que ses adhérents, c'était drôle, des ordinateurs, une secrétaire rétribuée sur des fonds syndicaux, des photocopieuses, et même une rétribution de permanent pour le responsable, le grand luxe quoi.

 

Et son Arthur qui dansait comme un beau diable au premier rang, s'était-il rendu compte, comment ils s'étaient tous fait bernés, comment toute l'opération avait été préparée dans les moindre détails, jusqu'à l'apparition des soutiens organisés, tout était réglé dans les salons des ministères.

 

Maintenant le petit responsable dressait ses listes et triait les bons squatteurs des mauvais, ceux qui pouvaient se soutenir et ceux dont il valait mieux obtenir l'expulsion au plus vite, son contact à la préfecture avait été des plus clairs, expulsion rapide pour les indociles.

 

Reine contactée avait refusée de se mettre sur la liste des relogés rapides, elle avait rechigné, mais elle avait donné l'adresse de son squat pour la protection parapluie, en échange de son silence, et si tu jactes je le saurais tôt ou tard, ça ne sera pas bon pour toi avait il sifflé.

 

Le petit responsable soignait sa cour, il prenait son temps, la plupart des chevaliers s'étaient laissés achetés sans l'ombre d'une hésitation, à croire qu'ils n'attendaient que cela depuis longtemps, savaient-ils qu'ils le devaient tous à la hargne du comité des mal-logés qu'ils abhorraient.

 

Qu'auraient-ils eu à vendre sinon, et son Arthur était écarté d'office de ces tractations des ombres, trop entier, il eut tout dévoilé, c'était assez dingue de voir comment il les inquiétait tous, pourtant il ne payait pas de mine, avec sa danse d'alcoolique et son pétard au bec.

 

Son squat de la rue du Tunnel était sur la liste des expulsables rapidement, avant la loi d'hiver, courant Octobre, probablement, si elle le lui disait, il irait les engueuler c'est sûr, il leur foutrait la honte, et cela ne changerait rien, sauf pour son propre squat à elle, elle pouvait se taire.


Elle avait envie de s'étendre à terre, elle était fatiguée, mais au milieu d'un concert, ce n'est guère en sécurité, c'était bien le ska, les punks et les skins se tenaient mieux, les blousons noirs des autonomes s'agitaient en cadence, c'était moins violent, plus arrondi, la mélodie revenait.

 

Elle avait envie de tout dire à Arthur dont elle venait de croiser le regard, il s'approcha d'elle pour la saluer, il lui donnait l'impression d'être toujours amoureux, elle allait lui dire, elle lui devait bien cela, tant pis pour son squat, elle en trouverait un autre, dix autres, avec Arthur.

 

Dis moi Reine, j'ai appris un certain nombre de choses qui m'on fortement déplu, et je tiens à te le dire, tu sais de quoi je parle et je n'en dirai pas plus, je croyais que nous partagions les mêmes valeurs et je crains que non désormais, alors si tu ne te réveilles pas, t'es plus ma pote, c'est tout.

 

L'eau de la douche était glaciale, elle suffoqua, hoqueta, Arthur avait tourné les talons, elle rougit comme elle ne rougissait plus depuis fort longtemps, des larmes vinrent, puis la fureur, elle rugit en courant vers lui et lui décocha le plus fort coup de pied qu'elle pu dans les fesses.

 

Arthur en fut propulsé en avant, il ne s'attendait pas à une réaction aussi vive et immédiate, c'était bon signe quoique franchement douloureux, il se frotta en râlant, Reine remontait à l'attaque furieuse, elle était si vivement dévoilée, plus nue que sans vêtements, au fond des hontes

 

Je sais Dominique, tu ne seras jamais là, je n'ose imaginer que tu puisses être consciente de la souffrance engendrée qui m'asphyxie parfois, pas à pas je me rétabli et puis je sombre, ma démarche hésite toujours sur les fonds boueux de mes tristesses secrètes, mais je suis utile.

 

La vie nous mène plus sûrement qu'aucune force macro explosive vers un destin inapproprié, et ce n'est qu'une vibration quantique, tu n'es pas là et tu remplis tous les interstices de ma raison à tout moment, tu n'es pas là et n'as aucun besoin, et Reine est là dans sa souffrance.


Il est de bon ton aux tables de ceux qui se nomment le monde de s'interdire mutuellement et individuellement toute sensibilité à l'égard des malheurs et des misères de ce monde trivial dont ils s'extraient mais dont ils gèrent les moindres des soubresauts et toutes les conditions de l'existant.

 

Dans vos Universités l'on vous apprend à vous dédouaner de toute conséquence de vos catastrophes, on vous fournit tous les arguments et les raisons morales de vous désintéresser de ce peuple, vous construisant les barrières morales de vos apartheid sociaux, à vous suffire de votre ghetto.

 

Nul doute Dominique que tu n'aies dans ta besace une somme de solutions coercitives et massives pour résoudre le problème de Reine et de tous ceux qui lui ressemblent dans toutes les rues des arrondissements et des villes, nous n'avons que notre respect et notre sensibilité bienveillants.

 

Reine se sentait piquée au vif, mortifiée, elle émergeait comme d'un mauvais rêve, mais trop brusquement, quoi ce petit connard de Arthur, mais de quoi se mêlait-il, elle allait lui en mettre une, ça lui apprendrait à fermer son clapet, pour qui donc se prenait-il, était-il donc si glorieux?

 

Tandis que Reine se propulsait à l'attaque à nouveau, Arthur, ayant vu sa manœuvre de loin, parcourut rapidement des yeux la salle en quête d'une parade efficace, une casquette dépassait d'une demi tête le public dansant, il héla, Jean-Philippe, à l'aide, Reine, elle est folle, vite.

 

Il reçut le second accusé de réception de sa mise en demeure thérapeutique, son tibia faillit exploser, heureusement Reine ne portait ni randjos ni Doc Martens, l'hématome lui durerait la semaine au moins, et Jean-Philippe intervint promptement, calmant la furie blanche de colère.

 

Reine était furieuse et vexée, mais elle comprenait, et puis c'était Arthur, son chevalier, il n'avait pas de mauvaises intentions, elle se laissa facilement convaincre de se calmer, elle était malheureuse, mais pas de lui, mais quand même, il aurait pu lui dire plus gentiment.

Commenter cet article