Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Christian-2.jpg

 

Voici un texte de Claude Ledron que j'aprouve absolument et que je publie tel que, toutes les nouvelles accessibles du monde actuel me feraient même écrire pire encore.

 

Christian Hivert

 

 

 

 

 

 

 

TECHNO-FASCISME

 

 

Imaginez un instant ce qu'auraient pu faire le « terrible moustachu » Adolf Hitler et ses acolytes Goebbels, Himmler, Göring et compagnie, s'ils avaient eu à leur disposition des instruments tels qu'un micro-ordinateur raccordé à l'Internet, le fichier clients de Google, le téléphone cellulaire tri-bandes, la télévision numérique terrestre, le pistolet taser, le passeport biométrique de troisième génération, les satellites militaires en orbite géostationnaire, « les grandes oreilles » de la CIA, la carte du génome humain, les secrets du clonage, la bombe à neutrons, une escouade de sous-marins nucléaires...etc..

-------------------

 

La barbarie nazie et son cortège d'abominations, ne fut pas seulement l'une des pages sombres de l'histoire du peuple juif.

La traite esclavagiste, l'abominable régime colonial, l'Apartheid et ses cohortes d'idéologues et de savants fous ne furent pas seulement de douloureux et tragiques épisodes de l’histoire des nègres d’Afrique et des Amériques.

Le martyr quotidien des palestiniens, asphyxiés dans l'étroite bande de Gaza entre les murs de béton de la haine et les canons de feu de Tsahal, condamnés à exposer ses entrailles aux quatre vents –ultime pied de nez à la tyrannie-, n'est pas seulement un entrefilet médiatique sanguinolent de l'histoire du peuple Palestinien.

 

Mises en perspectives et combinées virtuellement, ces diverses « expériences » historiques totalitaires, traversées par la même logique de domination absolue et de néantisation de l'autre, préfigurent, si nous n'y prenons garde, un des plus terrifiants dangers qui pèse sur l’avenir de l’humanité.

 

En effet, le décalage monstrueux - et croissant - entre le niveau de développement et de maîtrise technologique et scientifique atteint par la civilisation moderne occidentale et la déliquescence accélérée des valeurs humaines essentielles à laquelle nous assistons, associé à des systèmes de gestion politique et de contrôle social de plus en plus intrusifs et autoritaires (bien que souvent soigneusement camouflés derrière le vocable sécurisant et trompeur de « Démocratie ») présagent de ce que sera le monde de demain si, ensemble, des quatre coins de la planète nous ne nous dressons pas contre cette forme inédite de barbarie qui nous menace tous, par delà nos caractéristiques épidermiques, nos convictions religieuses et philosophiques ou nos spécificités culturelles.

 

Cette forme nouvelle d’esclavage absolu, en gestation dans les entrailles de l’histoire, et que j’appelle le techno-fascisme consiste en un détournement systématique et organisé des prodigieuses évolutions des sciences et des techniques (et des connaissances humaines de tous ordres qui y sont associées) et leur assujettissement à un projet de société autocratique planétaire au service des seuls intérêts d’une minorité vampirique de privilégiés arrogants, belliqueux, inhumains et cyniques.

 

Cette entreprise diabolique, distillée à doses « homéopathiques », méthodiquement planifiée et mise en œuvre, à la faveur des évènements du 11 septembre 2001, sous couvert de lutte contre le terrorisme, en est encore à ses balbutiements mais les ramifications tentaculaires de ce système global conditionnent déjà, souvent à notre insu, nombre d’aspects de notre existence.

 

--------------------

 

L’esclave d’hier pouvait encore s’évader dans le ventre protecteur de mère-nature et tenter d’y recréer, au sein des communautés de résistance, son humanité bafouée et fragmentée; il pouvait aussi fuir dans le fragile univers de l’imaginaire par le rêve, le chant, la danse, la poésie, l’amour....quelquefois la folie.

 

L’esclave de demain (qui ne doit pas être) sera entouré de murs électroniques infranchissables, de gardiens cybernétiques désincarnés, de quelques arbres sous surveillance satellitaire, de rivières polluées et de terres stériles et empoisonnées.

Il portera, serti dans le lobe du cerveau, une puce biométrique, aussi discrète qu'un oeuf de cafard, permettant de le localiser où qu’il se trouve et de le neutraliser à volonté; son monde intérieur sera chimiquement balisé, les sentiers de ses rêves soigneusement dessinés à partir d’une console d’ordinateur et sa vie sera découpée en fines lamelles sous le glacial microscope de la plus abominable tyrannie de l’histoire de l’humanité.

Si nous n’y prenons garde....

 

-----------------

 

 

Aimé Césaire déclarait que « le ver du nazisme se trouvait déjà dans la pomme de l'esclavage »....et dans l'alambic du nazisme ou de l'Apartheid qu'y avait-il ?

Je vous le demande…et n'ose y penser sans frémir d'horreur.

Bruits de bottes, rires sadiques, cliquetis de chaînes, râles de douleur…

Mon atavique paranoïa n'est pas bien loin…

Ouvrons les yeux et tendons l'oreille.

Car l'Histoire avec un grand H - comme la haine de l'homme pour l'homme - ne dort jamais bien longtemps....

Car l'Histoire avec un grand H - comme l'épouvantable folie humaine- ne meurt jamais tout à fait, même s'il nous arrive quelquefois de lui raser sa sale petite moustache…



 

LEDRON Claude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article