Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

140px-Okupa.PNGC’est à dire que pour un long moment historique semblait-il, de destin ils n’en n’auraient pas ; les petits punks faisaient sourire de leurs gentilles provocations et quelque gestionnaire de show-bizness plus avisé saurait en utiliser deux ou trois pour se faire un peu plus de caillasse et se donner un genre « ascenseur social ».

Certains n’avaient absolument rien contre, attendaient avec rage et impatience les effets d’une éventuelle récupération spectaculaire à l’anglaise, tentaient d’en provoquer les prémisses, se faisaient voir en sabotant gentiment quelque intervention télévisée, fréquentaient du Gibus et du Manœuvre, caracolaient.

Les autres leur emboitaient le pas pour profiter de leurs bons plans d’incruste dans des fêtes ou des milieu auxquelles leurs classes sociales d’origines leur interdisaient l’entrée, flairant la dépouille, la taxe, le joli racket, plus facile qu’au coin des bois parisiens : dérober les portefeuilles, se brancher sur de nouvelles fêtes.

Certains venaient de milieu à haute teneur ajoutée en privilèges divers et disposaient de carnet d’adresses parentaux valant tous les sésames dans le secteur de leur choix ; il ne leur suffisait plus que de grandir et d’arrêter de jouer, de travailler, ce qu’il firent et leurs réalisations furent commentées par la grande presse.

Arthur n’arrivait jamais à savoir vraiment qui était qui ? Les origines prolos de certains ne faisaient aucun doute, c’était pour les autres que tout pouvait se confondre ; au détour de la préparation d’un procès, pour quelque peccadille correctionnelle, on apprenait de bouches murmurantes que la famille aurait un très bon avocat.

Ce qui petit à petit, bien évidemment, se mit à profiter à tous, semblant même parfois renforcer le sentiment indu de toute puissance et d’impunité de ce nid de frelons délinquants. Mais souvent les fautes étaient graves et certains disparaissaient dans les méandres de l’inhospitalité pénitentiaire de l’exception française.

Rico, par exemple, venait de purger trois mois à Fleury, ou ailleurs, pour avoir dévalisé violement la caisse d’un épicier de rue ; en était-il plus calme ? Il se promenait avec une feuille de boucher coincée dans la ceinture de son pantalon, sous son bomber dans le dos :

   La prochaine fois je m’enfuirai à vélo, ils ne m’auront plus…

Une fois que ce problème de camionnette serait résolu, il filerait à la réunion du collectif antifasciste de Montreuil avec lesquels le collectif USINE travaillait souvent, c’était des militants plus âgés, qui étaient venus à l’autonomie à la dissolution de la Gauche prolétarienne, avaient vécu en communauté, des précurseurs.

Commenter cet article

Leader mondial 666 16/11/2013 18:56


Voix dans la tête depuis 3 ans qui commencent à 51 ans et qui
contredisent à chaque pensée = espion. Bonjour les examens !