Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

pieces-et-main-d-ouvre.jpg

 extraits de pièces et Main d'ouvre septembre 2011

 

.....Grâce à la convergence NBIC, les travaux de Clinatec sur les interfaces cerveau-ordinateur promettent des percées fulgurantes. Certes, on n’a pas attendu l’équipe de choc réunie par Therme et Benabid pour tester des neuroprothèses mariant l’homme et la machine, mais chacun sait que la miniaturisation due aux nanotechnologies promet un saut qualitatif inédit. Ce que l’on sait déjà faire est connu : des paralysés déplacent un curseur sur un écran d’ordinateur via un implant électronique cérébral qui capte l’influx électrique ; d’autres commandent « par la pensée » un interrupteur, la télé, leur fauteuil roulant, voire des bras artificiels greffés sur leur torse. Les premiers hommes bioniques.


Déjà, le Léti conçoit des « dispositifs implantables de deuxième génération, capables d'associer la fonction d'enregistrement des échanges neuronaux, de traiter localement les données et de stimuler électriquement ou chimiquement, et à la demande, des zones particulières du cerveau. »77 Ces implants miniatures, hérissés de milliers d’électrodes à l’échelle des neurones, viennent au contact direct du tissu vivant pour interagir avec lui, et commander des appareillages extérieurs (de l’implant rétinien ou cochléaire au fauteuil roulant, voire l’exosquelette). Ils sont désormais commercialisés par la société Bio- Logic, sous le nom Biomea.


Le projet BCI (Brain-computer interface) de Clinatec, coordonné par Corinne Mestais, prolonge ces travaux du Léti. « Grâce à deux boîtiers implantés sur deux faces du cortex cérébral d’un patient, nous allons capter les signaux émis par son cerveau. Une fois traitées, les informations seront transmises sans fil à un exosquelette équipé de moteurs », explique Alim-Louis Benabid.78 Apparemment, les nanotubes de carbone sont tout indiqués pour garantir la biocompatibilité des prothèses avec le cerveau. Vous pensiez que ces nanotubes pouvaient être dangereux pour la santé ? Certes, mais « nous déterminons quels sont les meilleurs nanotubes et cherchons comment les modifier pour qu'ils s'intègrent au mieux dans le cerveau sans toxicité."79, vous rassure François Berger.


Autre projet de recherche de Clinatec, « Neurolink » vise à développer des réseaux d’électrodes souples et nanostructurées, placées en surface du cortex, sous le crâne pour enregistrer l’activité cérébrale et piloter un système externe.


Bref, selon la littérature officielle, les neuroprothèses servent à commander un ordinateur par la pensée. Mais le signal peut circuler dans les deux sens et le cerveau recevoir des signaux, comme le montre le fonctionnement des électrodes, de Delgado à Benabid. Autrement dit la machine peut piloter un cerveau par le biais de la neuroprothèse en contact avec des zones neuronales précises. Au point que le Groupe européen d’éthique a pris la peine, dès 2005, de détailler les perspectives de pilotage de l’homme- machine :


« L’implantation dans le cerveau d’une puce capable de restaurer ou d’améliorer la mémoire est un autre exemple de future prothèse cérébrale. L’hippocampe joue un rôle essentiel dans l’enregistrement des souvenirs. Contrairement à des dispositifs comme les implants cochléaires, qui stimulent simplement l’activité cérébrale, la puce en question exécutera les mêmes processus que la partie endommagée du cerveau qu’elle remplacera (...).

 

Les informaticiens ont annoncé que, dans les vingt prochaines années, des interfaces neuronales seraient conçues qui non seulement augmenteraient la gamme dynamique des sens, mais amélioreraient aussi la mémoire et permettraient la "cyber-pensée" – c'est-à-dire la communication invisible avec les autres. (...) L’implant prothétique cortical ("amplificateur" sensoriel ou d’intelligence) : initialement conçu pour les aveugles, l’implant cortical permettra aux porteurs "sains" d’avoir en permanence accès à des informations transmises par ordinateur, sur la base soit des images captées par une caméra numérique, soit d’une interface constituée d'une "fenêtre" artificielle ».80


Envoyer directement au cerveau des informations transmises par ordinateur, cela se nomme piloter un robot. Rien qui ne perturbe le Grenoblois moyen, à quelques jours de l’inauguration de la « clinique du cerveau ». Il faut dire que les techno-maîtres, soucieux de son confort mental, l’ont insidieusement préparé à son futur d’homme-machine. Toute la saison 2010-2011, le musée dauphinois lui a offert, avec l’exposition « Vaucanson et l’homme artificiel », les arguments pour s’acclimater à son évolution post- humaine, plus la petite piqûre philosophique pour calmer d’éventuels retours de conscience.

 

« Va-t-on vers une intelligence déshumanisée ? L'homme de demain sera-t-il encore humain ? Pourquoi faut-il remplacer l'homme par des machines ? Est-ce que l'homme n'a plus sa place dans le monde ? ». Les questions défilaient en rouge électrique sur le dernier mur de l’exposition. Trop vite pour qu’on ait le temps d’y répondre.


Du côté de Clinatec, selon l’aveu de François Berger, se prépare depuis deux ans un document de trois pages destiné à « l’information » du public et de la presse. Deux ans pour trois pages ? Ceux qui doutent encore que la ligne de front de la guerre au vivant passe par les innovations technologiques s’interrogeront peut-être sur le soin minutieux apporté par le pouvoir à nous duper sur ses projets. C’est ainsi que s’élabore la société de contrainte.


« Imbéciles, ne voyez-vous pas que la civilisation des machines exige en effet de vous une discipline chaque jour plus stricte ? Elle l’exige au nom du Progrès, c’est-à-dire au nom d’une conception nouvelle de la vie, imposée aux esprits par son énorme machinerie de propagande et de publicité. Imbéciles ! comprenez donc que la civilisation des machines est elle-même une machine, dont tous les mouvements doivent être de plus en plus parfaitement synchronisés ! (...) Prenez garde, imbéciles ! Parmi toutes les Techniques, il y a une technique de la discipline, et elle ne saurait se satisfaire de l’ancienne obéissance obtenue vaille que vaille par des procédés empiriques, et dont on aurait dû dire qu’elle était moins la discipline qu’une indiscipline modérée. La Technique prétendra tôt ou tard former des collaborateurs acquis corps et âme à son Principe, c’est-à-dire qui accepteront sans discussion inutile sa conception de l’ordre, de la vie, ses Raisons de Vivre. Dans un monde tout entier voué à l’Efficience, au Rendement, n’importe-t-il pas que chaque citoyen, dès sa naissance, soit consacré aux mêmes dieux ? (...)


l’Etat technique n’aura demain qu’un seul ennemi : « l’homme qui ne fait pas comme tout le monde » - ou encore : « l’homme qui a du temps à perdre » - ou plus simplement si vous voulez : « l’homme qui croit à autre chose que la Technique ».

 

Georges Bernanos, 1945, La France contre les robots


 Pièces et Main d’œuvre
Grenoble, le 1er septembre 2011

Commenter cet article

hivert 22/09/2011 20:00



OEa4nl9wv_-RP98t4tuA8MUsmqo