Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

images-3.jpg  

Il n’est pas de sujets interdits,

La poésie est libre de tout dire

Et même se le doit.

Il vaut mieux dans le titre annoncer la couleur.

Je pensais jusqu’ici avoir tout rencontré,

Le meilleur et le pire de mes contemporains

Et bien non.

J’étais à l’hôpital pour prendre un rendez-vous.

Il me parla de lui,

Je lui parlais des autres.

A chaque tentative il me dit : »Je m’en fous »

J’évoquais des pays aux horreurs quotidiennes,

Les mères hébétées enserrant dans leurs bras

Des enfants pantelants.

« Je m’en fous ! » C’était tout.

Mais devant mon silence

Il crut bon d’ajouter : 

« Si j’avais les moyens, j’achèterais une ile.

Je vis dans un hameau perdu dans la campagne,

Mon voisin le plus proche habite à huit cents mètres.

Je lui dis qu’il était misanthrope.

Il a du prendre ça pour une maladie ;

C’en est une.

                                                            P.SELOS,

                                                   Paris, Octobre 2012

Commenter cet article