Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Flammarion n'est pas poli

Gallimard n'a pas voulu

Balland en dépit de ses nombreuses qualités littéraires,

Le Cherche midi à refusé

Actes Sud , culs de babouins

Au suivant

fenczak

 

Les chevaliers de Reine sont ivres de révoltes, de gloire parfois, de désespoir souvent, la vie leur échappe et ils en perdent un peu en courant.

Reine et Arthur son amoureux prennent deux chemins différents mais parallèles, leurs illusions, l'un en un monde meilleur et plus juste, l'autre dans une liberté possible, se jouent d'eux à chaque détour.

Et tous les chevaliers des trottoirs parisiens arpentés et des squats en lutte sont ivres, résolument ivres et en dérive.

Les Gens Bons de Paris s'en prennent plein la tranche et n'en reviennent pas.

Tous ces pauvres s'agitent et manifestent, non mais gare, ils veulent les mêmes droits que les Gens Bons n'auront plus.

Il va falloir encadrer sévèrement tout cela, il  faut une association et un responsable aux ordres.

 

Hivert Christian

 

castagnade.jpeg

 

PARCOURS PERSONNEL

 

La lecture d'un éventuel curriculum me concernant pourrait faire apparaître une logique de choix individuels autant qu'une vie professionnelle chaotique et précaire. Après un apprentissage professionnel sur le tas lors de nombreux chantiers de réfection d’appartement sur Paris et région, mon expérience de travail non déclaré rend possible des embauches multiples de courte durée.

Une activité sociale et une proximité permanente avec des précaires est un des matériaux de base de mes travaux d'écriture ("Ne peut être vendu", "De l'autre côté de la rivière", "Reine", "Destin majeur" en cours).

Depuis l'âge de huit ans et la rédaction de l'éphèmère "Les fabuleuses aventures de Jannot Lapin", racontant l'épopée enfouie de la découverte d'un appartement Parisien par un lapereau apeuré et Nivernais, j'ai toujours eu un goût prononcé pour la littérature, celle des autres , la mienne.

Volant la clé de l'armoire secrète où une maman craignant pour ses beaux livres entassait une bibliothèque classique fournie, je m'installais des heures durant dans la lecture de tout Balzac, Victor Hugo, Emile Zola…

Mon adolescence fut plus intéressée par des auteurs modernes et surréalistes de Rimbaud à Vian. Jules Vallés nourrit mon indignation. Plus tard je découvrit les étranges étrangers Istrati, Hikmet, Kundera, Fante , Auster, tant d'autres

Vint alors la nécessité de réunir tout mes parcours dans une écriture portée sur le réel des oubliés, et de dire nos indignations, nos révoltes,  de couvrir un peu le brouhaha des paroles portées par des arrivistes politiciens.

Voici donc le livre premier, "Reine", d'une série, "Les chevaliers ivres", qui comptera six autres volumes.

Cela mettra en scène les mêmes personnages et mêmes situations vus sous différents angles, depuis les années 1980 jusqu' à nos jours. La saga des réprouvés et marginaux plus ou moins politisés n'en n'est qu'à ses balbutiements.

  Photo-du-46122399-12--a-12.48.jpg

Commenter cet article