Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

génocidaire"Rwanda-Le génocide des Tutsi"

LA PRESENCE FRANCAISE AU RWANDA PENDANT LE GENOCIDE
__Complices de l'Inavouable
de Patrick de Saint-Exupéry

Rwanda, l'histoire secrète

 

A l’occasion de la commémoration des 15 ans du génocide tutsi, l’Inavouable, paru en 2004, est réédité avec une introduction inédite de 50 pages qui repose les termes du débat et apporte des éléments nouveaux qui vont faire débat.

"C'est une politique secrète qui fut menée par Paris au Rwanda de 1990 à 1994.

Elle fut décidée par quelques-uns, qui agirent hors de toute règle, hors de tout débat et au prix d'importantes entorses à la légalité républicaine. Voilà l'inavouable. Cette politique fut une erreur criminelle". Elle n'a été mise au jour qu'après le dernier génocide du 20e siècle.

Depuis, une trentaine de responsables se cachent derrière "la France". Bien à l'abri derrière ce paravent, ces hommes politiques et militaires, avec leurs porte-voix, n'hésitent pas à multiplier déclarations outrancières, procès d'intentions et écrans de fumée.

Pour que, surtout, nul n'aille regarder de l'autre côté. C'est pour ces raisons que j'ai décidé de republier L'"Inavouable" - La France au Rwanda". Sorti en 2004, ce livre a été le fruit d'un travail de dix ans. Il a nourri la discussion et pas un de ses éléments n'a jamais été démenti. Le jeu de cache-cache n'a que trop duré. Cela fait quinze ans. Il est temps".

Complices de l’inavouableLa France au Rwanda, de Patrick de Saint-Exupéry, édition revue et augmentée d'une introduction inédite, Editions Les Arènes, avril 2009.

Patrick de Saint-Exupéry est cofondateur et rédacteur en chef de la revue XXI, après avoir été grand reporter pendant vingt ans au quotidien "Le Figaro". Il a reçu le prix Albert Londres, le Prix Mumm et le Prix Bayeux des correspondants de guerre.

PATRICK DE ST-EXUPERY : "C’EST UNE POLITIQUE SECRETE QUI FUT MENEE PAR PARIS AU RWANDA DE 1990 A 1994"

Alors que des instructions sont en cours, que la France et le Rwanda sont en guerre diplomatique et judiciaire ouverte, que Pierre Péan a pris la tête de la défense de François Mitterrand, Patrick de Saint-Exupéry "porte la plume dans la plaie".

Je suis allé pour la première fois au Rwanda en 1990. J’avais 28 ans. François Mitterrand était à l’Elysée, Michel Rocard à Matignon.

J’y suis retourné en 1993, puis en 1994 pendant le génocide. J’avais 31 ans. François Mitterrand était à l’Elysée, Édouard Balladur à Matignon.

En 1998, j’ai publié dans "Le Figaro" une longue enquête sur la France et le Rwanda. J’avais 35 ans. Jacques Chirac était à l’Elysée, Lionel Jospin à Matignon. 

En 2004, j’ai écrit "L’Inavouable", La France au Rwanda. J’avais 41 ans. Jacques Chirac était à l’Elysée, Jean-Pierre Raffarin à Matignon. 
Nous sommes en 2009. J’ai 46 ans. Nicolas Sarkozy est à l’Elysée, François Fillon à Matignon.

Et le dossier rwandais, toujours sur la table.

Son intitulé tient en un mot : complicité. Ce mot est terrible. Chaque fois qu’il l’entend, Hubert Védrine dit : "C’est monstrueux…". Et, immanquablement, l’ancien secrétaire général de l’Elysée sous Mitterrand assène qu’il est "monstrueux" d’accuser la France de complicité dans le dernier génocide du XXe siècle. 
Si la question était "La France, complice ?", Hubert Védrine n’aurait pas tort. Mais, ce n’est pas la question. Celle-ci est bien plus simple. Et c’est pour cela qu’elle l’effraye et qu’il fait tout pour l’enterrer.

La question est : François Mitterrand, complice ? Et par voie de conséquence : Hubert Védrine, complice ? Le commandant Paul Barril, complice ? Alain Juppé, complice ? Dominique de Villepin, complice ? Edouard Balladur, complice ? Le général Quesnot, complice ? Le général Huchon, complice ? L’amiral Lanxade, complice ?... 


On ne fait jamais assez attention aux évidences. Il en est, pourtant, une aveuglante : "la France" n’a pas à endosser ce dossier. C’est une politique secrète qui fut menée par Paris au Rwanda de 1990 à 1994. Elle fut décidée par quelques-uns et mise en oeuvre par un noyau, le tout au prix d’importantes entorses à la légalité républicaine. Jamais, le Parlement ne fut informé. Jamais, "la France" ne fut au courant. 


Cette politique a été tramée dans les coulisses du pouvoir, dans les officines de la cour. Hors de toute règle. Hors de tout débat.

Elle ne fut mise à jour qu’une fois le pire commis. Et dès lors, pour fuir les responsabilités, "la France" servit de paravent.

Tout comme les maîtres d’œuvre du génocide s’abritèrent derrière leur peuple, les responsables français impliqués dans le dossier se sont retranchés derrière la France. 


Ce tragique cache-cache dure depuis maintenant quinze ans. Depuis quinze ans, "la France", c’est-à-dire vous et moi, nous trouvons sommés d’accepter ou de refuser la marque d’infamie que certains voudraient nous faire porter.

En 2004, lors de la publication de "L’Inavouable", j’étais en colère. Je le reste aujourd’hui et le resterai peut-être. Simple Français, je ne peux accepter – comme beaucoup, je pense – de servir de paravent à des hommes qui, après avoir aspiré aux charges, esquivent les responsabilités. Et refusent d’admettre, en propre, leur part d’inavouable.

Patrick de Saint-Exupéry, 2009.

Commenter cet article