Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Sur la question de la violence

 

27) Selon Sébastien Schifres, la violence est omniprésente chez les autonomes des années 1970, quel est votre point de vue sur cette appréciation ?

 

CH : Je ne peux pas répondre à cette question, je nai croisé certains de ceux dont parle Schiffres que dans le début des années 80, avaient-ils vieilli, je ne dis pas que ce n’étais pas tumultueux et vindicatif, et parfois alcoolisé et braillard, soit, mais aucune omniprésence de violence.

 

28) Que voulez vous dire lorsque vous évoquez des « pratiques ultra-violente » des autonomes des années 1970 ? Quelles étaient ces pratiques ?

 

CH :Il me semble avoir parlé de pratiques ultra-violentes des pro-situs des « Fossoyeurs du vieux monde » non pas dans les années soixante dix mais au début des années 80. Ce n’était pas des pratiques dirigées contre la société ou des forces de répression, ni contre des fachos mais contre ceux quils jugeaient trop mous, des violences tortionnaires ayant traumatisé sévèrement de nombreuses personnes et ayant par ricochait provoqué la mort de lun des leurs lorsquils attaquaient un squat, méthode vigiles cassant tout, lun des occupants agressé a fait feu.

 

29) Comment était perçue la violence des autonomes par les autres militants et donc par les autres autonomes ?

 

CH : Nous avons toujours essayé de la percevoir le moins possible et de nous en préserver, cela navait plus rien à voir avec de la politique, mais avec du maquerautage, à partir de 1984, collectif U.S.I.N.E., nous nous en prémunissions en nous regroupant et en nous tenant solidaires les uns des autres, en tenant tricard les débiles hystériques, en négociant la tranquillité pour les autres, nous nous en protégions de la même manière que contre les nervis fachos.

 

30) Pouvez vous expliquer quelles étaient les différentes positions des autonomes sur la question de la violence ?

 

CH : Il ny a jamais eu dunité ou dunanimité, la position la plus répandue est que la violence nest ni obligatoire ni systématique, elle ne doit pas prendre le pas sur laction à mener, si laction est de prendre un immeuble HLM entier pour y reloger des familles mal-logés, il nest pas question de préparer des cocktails, mais de battre le rappel des troupes le plus large possible, il y alors une violence de masse et de confrontation avec les forces de lordre, ça passe ou ça casse, mais ce nest pas laffrontement le but et lenjeu, cest de rester dans les logements, dautant que toute violence correctionnalisable déplace les forces sur un terrain choisi par la bourgeoisie et où elle est maitre du jeu, lespace judiciaire.

 

Mais si des jeunes veulent sentrainer et se défoncer à ladrénaline, quils prennent leurs responsabilités, tout dépend du contexte et du degré de respect de lensemble.

 

Il est bien évident que les forces au pouvoir noctroieront aucune justice et bien être de gaité de cœur et dés que lon impose une réappropriation par la force ou le nombre, il sagit dune violence à laquelle répondront les forces du pouvoir, nous ne gérons jamais le degré de cette violence, ce nest pas à’élever, mais nous ne pouvons pas nous en extraire.

 

31) Inversement, quels étaient les pratiques dont vous vous sentiez proches ?

 

CH : Il ny a pas dinversion, juste un désir de cohérence et dadéquation. Lorsque nous entrons dans un foyer Sonacotra pour loccuper en solidarité avec ses  sidents qui réclament justice sur leurs conditions doccupation et de bail, la force que nous déployons par le nombre est une violence vis à vis de la direction du foyer, dautant plus lorsque celle-ci est contrainte de céder, mais si les forces de lordre menacent les manifestants et sapprêtent àévacuer le foyer, une résistance à leur mouvement ne peut-être que violente, selon quel degré, cela a été décidé avant ? Les résidents ont-ils une voie prépondérante ? Des intervenants extérieurs sont-ils fondés à imposer un degré de violence non assumé par lensemble des participants ? Ces questions sont constantes, et pas que chez les autonomes, engagés sur les luttes et autonomes politiquement. 

Toutes les pratiques sont bonnes pour attirer lattention, tout dépend du contexte et de ce que lon veut obtenir

 

32) La question de la violence est la seule raison de la rupture entre vous et certains groupes autonomes ?

 

CH : La question de la violence entre autonomes et une cause de rupture entre tous les autonomes et le petit groupe sectaire et stalinien voulant imposer par la force et lintimidation ses options politiques délirantes quil ne parvient pas à imposer, et pour cause , par la raison.

 

33) Pouvez évoquer les arguments de ceux qui ont décidé de ne plus se considérer comme des autonomes, tout en gardant les mêmes pratiques et les mêmes luttes ? Comment les appelait-on ? En faisiez-vous parti ?

 

CH : Ceux qui ont décidé de ne plus se reconnaître dans ce que la presse appelait le mouvement autonome sappelaient les autonomes et ils sont toujours autonomes mais ne veulent pas être assimilés à ce que la presse appelle « mouvement autonome », et leurs arguments étaient de rester autonomes vis à vis dun petit groupe hégémonique et dictatorial imposant ses positions par la force et la manipulation.

 

Je suis autonome.

 

34) Cette question de la violence introduit une rupture au sein de la mouvance autonome ou cela est beaucoup plus large ?

 

CH : Ce nest pas la question de la violence qui est en question mais la question de la violence dun petit groupe contre tous, quand à introduire une rupture au sein de ce qui nexiste que pour les journalistes je ne vois pas bien.

 

Sur la manifestation du 23 mars 1979

 

35) Avez vous participez à la manifestation du 23 mars 1979 ?

CH : oui, et nous étions trois paquets de cent mille à y être.

 

36) Peut-on dire que la manifestation du 23 mars 1979 constitue un tournant pour le mouvement autonome ?

 

CH : Pour ce que la presse appelle le mouvement autonome et dans leurs colonnes sans nul doute, mais pour tous les autres vies et luttes ont continué.

 

Les heurts violents se sont déroulés entre des sidérurgistes autonomes et les CRS, des autonomes parisiens et dautres villes y ont participé, mais cette violence était le violence venue du bassin de Longwy en bagarres dures et dun niveau de violence régulier et massif depuis six mois, les centrales syndicales sont régulièrement débordées, et le bassin demploi est condamné, il y a une véritable colère et un désespoir populaire qui touche bien au delà les traditionnels bastonneurs dénommés autonomes par les journalistes, et les autonomes sont les ouvriers sidérurgistes qui échappent depuis plusieurs mois à leurs encadrements traditionnels.

 

 

37) Considérez-vous qu'il s'agit en tout les cas d'une victoire ou d'une défaite politique ?

 

CH : Il sagit dune grande victoire pour la bourgeoisie réactionnaire, liberticide et répressive, les lois anticasseurs datent de là, pour les autres cela na rien changé.

La défaite est une défaite à ce niveau là, la classe ouvrière est une classe condamnée sous sa forme de l’époque, et le monde de la liberté de marché unique se cristallise.

 

38) Que pensez-vous de la présence des autonomes à la manifestation ?

 

CH : Nous y étions très nombreux, nous ny avons pas tous fait les mêmes choses, je nai même pas été jusqu’à la fin, certains marcheurs étaient diablement sympas et on sest finis dans un rade vers Saint Lazare

 

39) Selon certaines sources, la marche des sidérurgistes sur Paris a provoqué une certaine agitation au sein du mouvement autonome et même au-delà, qu'en est-il pour vous ?

 

CH : Lagitation était dans la France entière, c’était la fin dun monde et le dernier émoi populaire dune force surpassant Mai 68, la fin annoncée de la Sidérurgie  en France, les isolés que la presse nommait le mouvement autonome ny étaient pour rien.

 

Mais avec leur habitude manipulatrice de tout se réapproprier ce petit groupe de plus autonome que tous les autonomes a considérablement dégouté toute personne de se joindre à la moindre AG quils sabotaient de leurs présences vocifèrantes, et dans des registres à effrayer les pires des beaufs , « t’étais où le 23 Mars ? », « tas pas de couilles », «  tes pas autonome » etc.

 

Sur certains groupes ou luttes autonomes des années 1970.

 

40) Connaissez vous les squatters de la rue des Caves, à Sèvres ?

 

CH : Oui, de manière éphémère et décalée dans le temps, il y a eu plusieurs périodes de soutien dans le temps et plusieurs générations de squatteurs, cela a duré très longtemps

 

41) Vous avez été proche de l'Organisation Communiste Libertaire (OCL) qui a succédée à l'ORA ?

 

CH : J’étais très proche de certains en faisant parti, mais je ne me souviens pas avoir assisté à une seule de leurs réunions, certains étaitent insoumis, comme moi, dautres squatters, dautres étaient dans les scop dimprimeries etc.

 

42) Selon vous, l'OCL cesse d'être un groupe autonome après 1979

 

CH : Cest toujours un groupe politique autonome, mais il se dissocie de ceux qui revendiquent lhégémonie sur tous les autonomes, en ce moment ce serait les invisibles ou les Black Blocs, dernièrement les coucous.

 

A l’époque c’était les Pro-situs

 

43) Avez-vous fréquenté des squats autonomes lorsque vous étiez lycéen ?

 

CH : Non, pas dans le sens ou vous le dites, mais le squat de lAve de Choisy était autonome, écolo autonome.

 

44) Selon Sébastien Schifres, les autonomes se retranche à partir de 1979 dans les squats, êtes-vous d'accord avec cette appréciation ?

 

CH : Beaucoup dautonomes de ma connaissance étaient locataires et lont toujours été, je nai squatté qu’à partir de 1984.

 

Mais il est vrai quil y a eu beaucoup de squat à cette époque et qu’à partir de 1984 je croisais beaucoup dautonomes issus de ces squats, vilins, cascades, Palikao etc.

 

45) Selon certaines sources, il existait à la fin des années 1970 tout une presse alternative et militante réalisé par les autonomes ou des groupes et individus proches d'eux. Pouvez-vous m'en parler ?

 

CH : En parler non ma mémoire ne me le permet pas, et je nai rien conservé , mais cest exact, je peux citer quelques noms, CASH, TOUT, Molotov et Confetti, linternationale, Possible, Quilombo, des publications de Parallèle et de Autrement, jai lu en 78 ou 79 notament une revue sappelant désobéissance civile et pratiques autonomes (Alternatives n°5), il y avait les livres de Bob Nadoulek, et toute une raïa qui organisait des émission de radio, Radio Tomate, Radio mouvance, dautres. Radio Voca

 

46) Selon certaines sources, la drogue a joué un rôle important dans l'effondrement du mouvement autonome après 1979, vous êtes d'accord avec cela ?

 

CH : La drogue a joué un rôle dans l’éffondrement dune fraction importante, plus de trente pour cent, dune génération de pauvres, marginaux, déclassés et autres, dont des autonomes qui nont jamais constitué le moindre mouvement.

 

 

"Les autonomes eigties" : entretien 2

Commenter cet article