Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

i752dos-RwandaGenocide 

EN CE TEMPS- LA.

 

Souvent, la nuit, les cieux étaient

Traversés de signes étranges.

Ceux qui ne croyaient plus aux anges

Disaient qu’un monde nous parlait.

Peut-être que nous étions trop

Aller fouiller dans les étoiles ?

La question se posait déjà

En ce temps-là

 

Tous ceux qui lisaient dans les astres

Annonçaient des fléaux terribles

Et les rabbins scrutaient la bible

Pour expliciter les désastres.

Le Pontife au Chapeau Pointu

Devait paraître à sa fenêtre

Pour que la frayeur d’apaisât,

En ce temps-là.

 

Un peu partout, sur la planète,

Les peuples voulaient des messies

Mais il ne venait qu’incendies

Et sang à suivre ces prophètes.

Il fallait trouver des coupables

Pour les couteaux sacrificiels

Et c’est alors qu’on en trouva,

En ce temps-là.

 

L’or s’était fait liquide et noir

Dessous le sable et sous la mer

Et les rois mendiant du désert

Inversaient le cours de l’Histoire.

Les sociétés mécanisées

Craignaient que leur cœur s’arrêtât

En ce temps-là.

 

Deux tiers des humains hébétés

Se mouraient de soif et de faim

Quand d’autres cherchaient le moyen

D’anéantir l’humanité,

Alors pour digérer tranquille

Certains envoyaient leurs soldats,

En ce temps-là.

 

Il arriva ce que tu sais…

Mais l’homme est de courte mémoire,

Il n’entend que ce qu’il veut croire

Et finit par tout effacer.

Que te réserve l’avenir ?

Notre présent n’en avait pas,

En ce temps-là.

 

                                                                                        P.SELOS

Commenter cet article