Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

immeuble

Le comité des mal logés est un comité de lutte sur le logement et non une association d'aide, parce que le nombre de logements vides, la préférence donnée à la construction de bâtiments luxueux (d'habitation ou de bureaux) dans les centres villes, prouvent que les conditions misérables de logement ne sont pas une fatalité mais une injustice organisée.

 

Pour le Comité, chacun, quelque soit son revenu, son salaire, la taille de sa famille ou son pays d'origine, doit pouvoir disposer d'un logement salubre, spacieux, proche de son lieu de travail ou de son lieu d'activité, et dont le loyer ou le crédit n'excède pas 20% de ses revenus.

 

Cette revendication s'oppose aux hausses constantes des prix des loyers et des charges, aux expulsions pour non-paiement de loyer, aux expulsions sans relogement, aux conditions de vie sordides dans les taudis, foyers, refuges divers, à la précarisation du logement, aux déportations de population vers des banlieues de plus en plus lointaines, à la destruction et dégradation des tissus sociaux, à la discrimination raciste ou financière.

 

Cette revendication s'adresse aux responsables des conditions de logement: Gouvernement, Mairies, Préfecture, Office publics de HLM, et acteurs du secteur prive. Cette revendication n'est pas une utopie, mais une lutte concrète et immédiate: relogement de membres du C.M.L., expulsions différées etc.

 

Le principal moyen que se donne le Comité pour avancer et vaincre dans sa lutte est d'unifier au delà de leurs différences ceux qui souffrent de leurs conditions de logement. C'est à dire regrouper sans cesse plus de Mal-Logés prêts à lutter, à s'organiser et à être solidaires les uns les autres.

 

 A travers ses actions (réquisitions populaires, occupations, manifestations etc.) et à travers sa propagande, le C.M.L. dénonce les conditions de vie qui nous sont faites, il met en évidence les mécanismes économiques et sociaux qui créent les conditions misérables de logement, il désigne et dénonce ses ennemis responsables de la situation.

 

Afin de maintenir son unité et son indépendance le Comité s'est fixé des règles de fonctionnement basées sur les principes de l'unité et de la solidarité en son sein. Ces règles sont donc applicables à tous et dans tous les cas. Il n'ya pas de chefs au Comité, chacun est responsable des initiatives décidées collectivement.

 

Le Comité se donne les moyens d'être indépendant financièrement et ne veut subordonner son action à aucune force extérieure (politique, religieuse, syndicale, humanitaire etc.) Pour faire partie du Comité, il faut au minimum payer régulièrement ses cotisations (20Fr par mois), participer aux Assemblées Générales, participer aux initiatives centrales et faire respecter nos principes de lutte.

 

Le Comité est structuré par secteurs géographiques. Ainsi chaque semaine, des permanences et des réunions se tiennent dans des quartiers afin de mettre en œuvre les interventions qui ne nécessitent pas la convocation de tous les membres du Comité.

 

Ce sont les Assemblées Générales du Comité des Mal-Logés qui sont souveraines. Elles sont le centre de débat et de décision du Comité. Donc, le plus souvent possible, tous les membres s'y réunissent, discutent, prennent des décisions et votent si c'est nécessaire.

 

Puisqu'il est impossible de réunir tous les membres pour toutes les décisions, un bureau est désigné, son rôle est de veiller à l'application des décisions de l'Assemblée Générale, de répondre rapidement aux problèmes qui se posent, de coordonner les actions du Comité, de faire circuler les informations au sein du Comité.

 

Les membres de ce bureau sont régulièrement désignés à chaque Assemblée Générale parmi ceux qui ont montré leur intégrité et leur attachement à la lutte et aux principes du Comité.Le Comité est donc ouvert à tous ceux et à toutes celles qui adhèrent à ces principes de lutte et de fonctionnement. Des dizaines d'autres associations existent pour ceux et celles qui conçoivent différemment la lutte. S'organiser pour lutter, Lutter pour vaincre


Le texte fut adopté suite à une ovation particulièrement fournie, le responsable du soixante sept n'avait pas voulu assister à l'assemblée générale, il vitupérait, retenait tous ceux qu'il pouvait, par une illusion savante de gestion  des dossiers de certaines familles, il pesait, tentait d'influer.

 

Mais restait à l'extérieur du comité,  préférant les combinaisons savantes d'accointances souterraines, de chuchotements et de petits secrets, il menait une stratégie entièrement tournée vers la valorisation de son rôle possible, il se voulait l'intermédiaire, le négociateur obligé.

 

Son livre de chevet était de Saul Alinsky, le manuel de l'animateur social, il était donc clair qu'il s'opposait avec virulence et sournoiserie à toute auto organisation des pauvres sur le sujet de leur lutte, selon lui il fallait nécessairement un dictateur éclairé pour les encadrer, c'est à dire lui-même.

 

"Aucune organisation ne peut négocier sans le pouvoir d’imposer la négociation, agir sur la base de la bonne foi plutôt que du pouvoir, c’est de tenter quelque chose dont le monde n’a pas encore fait l’expérience, pour être efficace, même la bonne foi doit être mobilisée en tant que pouvoir"

 

Le responsable qui se prit pour un animateur social oublia en chemin une chose essentielle, il confondit le pouvoir éventuel né de la force d'un regroupement massif de déshérités avec sa volonté de pouvoir personnel sur des individus, sa haute stratégie fut utilisée par le Pouvoir.

 

Il eut fallut résolument lui péter la tronche disait en continu Jean-Philippe à Arthur, Jean-Philippe depuis le PRO.GR.ES .et U.S.I.N.E. oscillait entre la province et Paris, autant dire qu'il était absent, mais fais le toi, tu es bon apôtre, c'est ton pote d'enfance, pourquoi nous, je t'en prie.

 

Alors c'est cela votre lutte, comment voulez vous y arriver, si vous n'êtes pas capables de vous mettre d'accord entre vous? Dominique Premier reprenait le bon rôle, finement, certes Dominique, mais nous n'avons pas appris l'art des rhétoriques gagnantes dans les Universités.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article