Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

images-2CONFESSION

 

Je suis très attaché à mon indépendance,

Autant que faire ce peu.

Les seuls liens que je porte

Sont ceux de l’amitié qui ne s’expliquent pas.

On peut m’apprivoiser tout comme le renard

Celui du Petit Prince.

Pour le reste, je me sens plus loup

Que chien de ferme.

Si quelqu’un me déçoit

Je me dis qu’après tout

Je l’avais trop chargé du poids de mes désirs.

C’est à la môme Piaf que je suis redevable

D’avoir compris cela pour l’avoir entendu

Commenter sa chanson « Je ne regrette rien ».

Soyez à mon égard aussi compréhensif.

Qui connait la portée en acte et en parole

De ses comportements ?

Qu’il est lourd le manteau qu’on met sur nos épaules

Quand il nous faut jouer La Comedia dell’Arte

Dans un rôle trop grand, qui souvent nous dépasse.

Depuis que j’ai cessé de monter sur les planches

Je reçois en écho des lettres d’inconnus

Qui m’ont croisé un soir,

Quand j’étais saltimbanque.

Et qui me disent avoir été touché au cœur. 

Que pouvais-je en savoir quand tombait le rideau

Et que je rentrais seul dans ma chambre d’hôtel

Dont le marbre ébréché de la table de nuit

S’harmonisait si bien au papier peint à fleur.

Ceux qui sont du métier savent de quoi je parle.

Combien j’ai jalousé l’artisan ébéniste

Qui touche de ses mains l’objet de son travail

Alors que je n’avais, le spectacle achevé

Que le crépitement des bravos qui s’éteignent.

Aujourd’hui grâce à vous, je vous dois de revivre.

Il était juste temps car j’allais m’en aller.

                                                                                      P.SELOS

                                                                             Paris, Octobre 2012

 

 

Commenter cet article