Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

fs-copie-1— Ça y est, tu l'as ton repaire de conspirateurs ?

Dominique Premier était heureuse pour lui. Dominique ne pouvait que se réjouir de ses succès puisque Dominique avait dédaigné toute reprise de contact. Puisqu'elle ne voulait plus le revoir elle ne pouvait que souhaiter son bonheur, même de loin.

Arthur devait bien reconnaître que Dominique Premier, modèle unique de jeune fille, n'eut pas été à sa place à fréquenter des Maxwell et à slalomer entre les coups rageurs de Doc Martens des petits Punks énervés. Son papa n'eut pas laissé ainsi végéter sa fille unique, œuvre de toute sa vie.

De toutes les barrières infranchissables tenant Dominique Premier au loin d'Arthur la plus difficile était le choix qu'elle-même avait fait, le rejetant dans les limbes de l'existence niée, sacrifié au bénéfice d'une réussite sociale future, inapte aux usages des mondanités des salons escomptés.

Arthur  vivait avec le souvenir d'elle, en constante conversation, en partie double permanente. Elle savait tout de lui, de sa solitude et de ses peurs. Il tâchait en toute occasion de ne pas la décevoir. De la même manière que si elle avait été présente physiquement à ses côtés, elle était en lui.

Dans les moments les plus difficiles et douloureux elle apparaissait rayonnante et enjouée, subtilement cajolante, pansait les pires de ses plaies, accompagnait les plus douteux de ses choix, acquiesçait à ses courages et ses faiblesses, encourageait ses combats, soutenait sa vie, était son répondant, son adoucissant.

Lorsqu’il avait tenté de braquer une poste, Dominique Premier souriait moqueuse:

   Tu fais ce que tu veux, tu as toujours fait ce que tu voulais.

Ce câlin imaginaire l'emplissait d'une chaleur douce, remplaçait les bras de sa mère et faisait oublier l'odeur terrible de l'infirmière de la pouponnière si propre, antiseptique et professionnelle.

   Ne me cherche pas plus en moi que je n'y suis ! C'est moi la chercheuse, quand j'aurai fini mes études, je saurai tout ce que tu sais !

   J'aurai vécu toutes les vies

   Je serai toi, tu seras moi.

   Nous sommes ensemble depuis si longtemps.

   Je suis ta douceur et tes caresses.

   Tu m'imagines si bien. Dominique Premier s'esclaffait:

   Allez c'est parti mon Kiki ! Ce soir champagne pour tout le monde ! N'oublie pas d'être très méchant ! Tu te souviens comment c'est d'être très méchant ! Tu vas savoir faire, t'es sûr ? Ce n'est pas facile ça ? Vous n'avez même pas répété !  

Par moments et sans effort aucun il s'asseyait au bord de lui-même et contemplait le vide des espaces. Son esprit ouvert au bord des vides quantiques dont nul chercheur ne parvenait à théoriser ni à définir l'origine, encore moins la matière ou l'énergie, le mystère des créations, les sources de toutes les vies.

Dominique Premier revenait sourire dans l'entrelacs de ses synapses flottantes. Ils étaient entrés dans le petit bureau de poste. Les deux guichets étaient sur la gauche au bout d'un hall tout en longueur. La porte à surveiller faisait face à l'espace de consultation des bottins et aux cabines téléphoniques.

Dominique Premier souriait à nouveau.

   Ben voilà mon gars tu voulais savoir, et tu y es.

Arthur souriait, il n'avait pas peur. Il fut froidement lucide. Il calcula, le nez dans un bottin à l'envers. Il notait les éléments devant lui. Les deux files à maîtriser, les réactions possibles, les héros cachés ?

— Petit gars, c'est la révolution dans ton cerveau, faut bouger maintenant, moins de trois minutes on t'a dit !

Dominique Premier rigolait bien,  le coin de son œil était intrigué et un peu inquiet. Même au plus fort d'une rigolade générale elle conservait cet éclat triste au fond des yeux. Arthur était ressorti sans être devenu braqueur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article