Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

chine-attente

ACHEVEZ LES PAUVRES !

Bernard Rodenstein, pasteur à Colmar, anime depuis des lustres une association de solidarité et de réinsertion des exclus, Espoir. J’ai reçu de lui ce texte, que je livre tel quel à votre réflexion.

Supplique à tous les « grands » de ce monde, à commencer par Monsieur Nicolas Sarkozy :

ACHEVEZ LES PAUVRES, FINISSEZ-EN


Pourquoi, lorsque vous traitez avec vos pairs, les très fortunés, les détenteurs des vrais pouvoirs, vous ne faites jamais dans la demi-mesure ? Lorsque vous concoctez un bouclier fiscal, vous n’y allez pas par quatre chemins ! C’est du dur, du costaud ! Les milliards sont bien gardés !


Lorsque vous traitez de la pauvreté, je vous sens tout hésitants, votre main tremble, vous n’osez pas !


Déjà, quand il s’agit de leur venir en aide, vous mégotez.


Une pincée d’emplois aidés, un demi% d’augmentation du RSA, pas de quoi acheter une baguette de pain.


Vous êtes d’un chiche avec eux ! Vous donnez le sentiment de vous faire arracher les tripes quand arrive sur votre bureau la moindre proposition susceptible d’améliorer le sort de ces millions de citoyens abonnés à la misère.


Mais quand vous reprenez d’une main ce que vous avez péniblement lâché de l’autre, vous voilà mal à l’aise ! Vous n’osez pas. Un quelque chose vous retient.


Certes, vous taillez dans les dépenses sociales. Vous diminuez par ici, vous réduisez par là !


Avouez, Mesdames et Messieurs les puissants, que vous manquez singulièrement d’audace.


L’envie de couper les vivres au peuple des perdants, des exclus et des « fainéants » vous brûle.


C’est là que vous pourriez faire des économies. C’est là aussi que vos électeurs préférés vous applaudiraient le plus fort.


Mais vous jouez petits.


Quelques dizaines de millions par ici, quelques millions par là. Des broutilles. Des coupes insuffisantes pour revenir à l’équilibre budgétaire. Des signes trop faibles pour convaincre vos mandants fortunés.


Vous mécontentez tout le monde.


Même les pauvres !


Vous leur prenez trop pour qu’ils puissent subsister et pas assez pour qu’ils aient envie de vivre. Vous les mettez très mal à l’aise. Le choix que vous leur laissez est sadique.


Il serait tellement plus simple que vous alliez au bout de vos convictions. Ils sont des poids morts pour la société telle que vous la rêvez. Pourquoi dès lors jouer de la pitié ?


Eliminez-les. Finissez- en.


Ce sera un coup dur supplémentaire pour eux, mais ils ont tellement l’habitude des coups durs !


Pour vous, ce serait enfin tout bénéfice ! La place deviendrait nette. Les dépenses sociales se dégonfleraient comme un ballon de baudruche. La terre deviendrait enfin un espace de vie respirable et agréable pour tous ceux et toutes celles qui sans cesse doivent faire le tour du monde pour mettre leurs fortunes à l’abri des envieux et du fisc qui a la sale manie de vouloir en piquer pour en redistribuer aux non-méritants.


Je vous en supplie : un tout petit effort : soyez durs, vraiment durs avec les pauvres. Ils ne méritent rien, si ce n’est que vous les éliminiez ! Vous en mourez d’envie. Alors, pourquoi se retenir !


Bernard Rodenstein


(Association Espoir www.association-espoir.org 78a, avenue de la République, 03 89 41 50 93, 68000 Colmar)

Commenter cet article