Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

boson manquant

Labo Planète – Ou comment 2030 se prépare sans les citoyens

Par Sciences Citoyennes

 

Vendredi 28 janvier 2011

Imprimer cet article
This page as PDF
Envoyer cet article par mail

Miniature

de Jacques Testart, Agnes Sinaï et Catherine Bourgain.

 

 

Cet ouvrage est issu des Dialogues « Sciences Planète », cycle de débats organisé par la Fondation Sciences Citoyennes entre octobre et décembre 2007 (Université citoyenne des savoirs pour une planète vivable en 2030).


La situation actuelle de la planète et celle des humains qui l’habitent, décrite partout comme inquiétante, n’est pas une péripétie banale de l’histoire.


L’humanité intervient désormais de façon majeure sur sa nature propre, sur son évolution et sur l’ensemble de la biosphère. Cette situation interroge la recherche scientifique et technique.Pour autant, les acteurs de la technoscience n’ont aucune légitimité à définir seuls les programmes. Pourquoi autant d’investissements pour les plantes transgéniques et aussi peu pour les méthodes culturales écologiques ?

 

Pourquoi les thérapies géniques et pas plus de recherches sur les maladies contagieuses des pays du Sud ou sur l’impact des nouvelles molécules chimiques ? Pourquoi de nouvelles machines nucléaires et pas plus de recherches sur la relocalisation de l’économie ?Ce que sera le monde demain dépend de ce qui se passe aujourd’hui dans les laboratoires.

 


C’est pourquoi les orientations scientifiques comme les développements technologiques ne peuvent plus être laissés entre les mains de quelques spécialistes, ni pilotés par les seuls désirs de profit ou de puissance.L’heure est à une mobilisation des consciences et un dialogue renouvelé entre scientifiques et citoyens.


Jacques Testart est biologiste, directeur de recherche honoraire à l’Inserm, président de la Fondation Sciences citoyennes. Il est notamment l’auteur de Le Désir du gène (Flammarion, 1994) et Le Vélo, le mur et le citoyen : que reste-t-il de la science ? (Belin, 2006).


Agnès Sinaï est journaliste environnementale, maître de conférence à Sciences-Po Paris, membre du comité de rédaction de la revue Entropia.

 

Catherine Bourgain est chargée de recherche en génétique humaine à l’Inserm, secrétaire de la Fondation Sciences citoyennes.



Éditions Mille et une nuits, paru le 05/01/2011, 10 €.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article