Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Et_Nous_Serons.jpg

 

Le squat donc avait de plus été fréquenté par les jeunes communistes locaux, tous les fils et filles des responsables politiques désirant les expulser pour motifs d'ordre public venaient une fois par semaine au moins trainer là leur adolescence perplexe, boire leur sodas américains et discuter de leurs anniversaires, les fêter.

L'information probablement n'était jamais remontée par la voie du centralisme démocratique pas plus que par la voie familiale puisque le maire communiste de Montreuil faisait pression sur les propriétaires et la justice afin d'en obtenir la fermeture, les protégeaient ils d'une influence jugée toxique ?

Arthur avait pris l'habitude de discuter politique avec ces jeunes militants rencontrés à U.S.I.N.E. ou lors d'évènements locaux comme ce festival des fanzines autoproduits squatté par les radicaux de la Fraktion Rock Terrorrist, à part un discours paraissant semblable, ils ne se comprenaient pas.

Les jeunes communistes lui demandaient : 

   Mais pourquoi vous êtes contre nous, vous auriez votre place au parti, nous sommes tous révolutionnaires!

Arthur tentait d'expliquer les différences sur l'organisation du parti, l'autoritarisme des lignes politiques, le soutien à la bourgeoisie, l'encadrement, l'URSS.

C'était peine perdue, certains des punks et autres tenants de ceux que l'on nommerait par la suite le Rock Alternatif tiendraient leur stand à la fête de L'Huma, en jurant leurs grands dieux de leur indépendance conservée, derrière François des Garçons Bouchers et sa « Boucherie Production », ils vendraient l'Huma.

Arthur n'avait aucun sectarisme en lui, son meilleur ami était en train de passer un long stage de formation pour devenir rédacteur à l'Huma après y avoir été coursier pendant de longues années, à la base on est tous pareils avait il coutume de dire, ce sont les appareils, les partis et les Eglises qui nous trahissent.

Cet ami n'était guère plus sectaire que lui, il connaissait tout de son aventure rebelle entrant en contradiction totale avec les directives et le programme du parti ayant accepté de gouverner avec la bourgeoisie la plus réactionnaire, massacrant les acquis de la classe ouvrière sous couvert de programme commun.

Jamais le parti communiste n'avait soutenu les réfractaires à l'armée même dans les pires conditions des guerres coloniales meurtrières, ceux du parti ayant déserté au Vietnam par exemple avaient été lâchés, exclus. Et puis le soutien sans faille à l'empire bourgeois soviétique était un frein absolu à toute adhésion.

Mais Arthur ne confondait pas le parti avec ses militants, sa famille était issue des militants fondateurs de ce parti, aucuns de ses oncles, grands parents, et arrières grands oncles n'avaient jamais voulu du moindre goulag, du moindre productivisme capitaliste et encore moins du moindre interventionnisme impérial.

Une partie de ses théories personnelles venait des explications de ces oncles. Ils lui avaient dit être communistes, pour le communisme, mais pas avec ce qu'était devenu le parti, ils se disaient communistes, mais autonomes, ce terme n'avait bien sûr plus le même sens depuis les années émeutières d'après 1968.

Si Arthur se disait parfois autonome, c'était dans ce sens là, car ceux qui se proclamaient autonomes depuis une dizaine d'années le laissaient véritablement perplexe sur nombres de sujets, ils n'étaient semble t il même plus communistes et n'avaient jamais été prolos pour la plupart, cela le dérangeait fortement.

Commenter cet article