Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

abou grahib

 

Manifeste du 19 Mai 2012

 

Pour une peine juste et efficace

 

Depuis dix ans, le système pénal français est engagé dans une course folle, qui est aussi une course à l’abîme. Une véritable frénésie législative – 29 lois pénales votées en 10 ans – a conduit à la multiplication des incriminations et des occasions de recours à l’emprisonnement, générant une augmentation continue de la sévérité des peines de prison prononcées et du nombre de personnes entrant en prison. 66 000 personnes détenues s’entassent dans des prisons prévues pour en accueillir 57 000.

 

Les résultats de cette politique doivent être pris pour ce qu’ils sont : le témoignage d’un échec et la promesse d’une faillite. Chacun sait que le projet d’extension sans précédent du parc immobilier pénitentiaire ne sera pas, comme il ne l’a jamais été, de nature à endiguer la surpopulation carcérale – le parc pénitentiaire est d’ailleurs passé de 47 000 places en 2002 à 57 000 aujourd’hui, sans que le taux de surpopulation n’ait significativement baissé.

 

Et bien que le nombre d’aménagements de peine ait augmenté pendant toute cette période, les prévisions demeurent sombres : dès l’été, le nombre de personnes incarcérées atteindra vraisemblablement les 69 000 détenus. Cet accroissement ne présente pourtant, comme le Conseil de l’Europe le rappelle, aucune corrélation avec l’évolution de la délinquance. Il s’agit donc d’un choix politique.


Praticiens, observateurs et acteurs de la justice, nous mesurons tous les jours dans notre quotidien les effets de cette situation. Plus de dix années après la dénonciation parlementaire de prisons qualifiées de « hontes de la République », les conditions de détention sont toujours profondément dégradées, réduisant à néant les intentions positives inscrites dans la loi pénitentiaire.


Nous l’affirmons haut et fort: ces choix procèdent d’une démarche idéologique et irrationnelle, coupée de la réalité. Car l’ensemble des recherches internationales menées depuis plus de vingt ans converge vers les mêmes conclusions: le recours systématique à l’emprisonnement aggrave les risques de récidive.


C’est pourquoi nous appelons à sortir des enjeux politiciens et de l’ornière dans laquelle notre système pénal est englué. Au nom de l’efficacité, et forts de l’apport de travaux, de programmes et de politiques expérimentées et rigoureusement évaluées, nous en appelons à la mise en œuvre d’une politique de prévention de la récidive digne de ce nom articulée autour du développement de la probation et cantonnant l’enfermement aux cas les plus graves.


Nous devons tout d’abord créer en France une véritable peine de probation qui pourra être prononcée aux lieu et place de l’emprisonnement. La création d’un cadre juridique nouveau doit permettre de favoriser le développement du prononcé de peines alternatives à la prison. Ce n’est cependant pas suffisant. Cette peine ne pourra se développer valablement sans méthodes d’évaluation et de suivi éprouvées.


La « probation » – entendue par le Conseil de l’Europe comme « l’exécution en milieu ouvert d’une peine ou d’une mesure pénale emportant suivi, conseil et assistance dans le but de réintégrer socialement l’auteur de l’infraction et de contribuer à la sécurité collective » – a fait l’objet d’évaluations approfondies qui concluent à son efficacité dès lors qu’elle respecte certains


critères de qualité et bénéficie des moyens qui lui sont indispensables. Une probation de qualité doit    assurer    un accompagnement répondant aux    besoins    des    personnes    condamnées pour favoriser leur réinsertion et prévenir la récidive. L’intervention devra reposer sur une évaluation réelle et professionnelle des facteurs personnels et contextuels à l’origine de la commission d’actes de délinquance et non sur l’appréciation d’une soit disant « dangerosité », notion déterministe et contre-productive ignorant le contexte dans lequel évolue une personne et ses capacités à agir. Des techniques évaluées de prise en charge devront être développées, et le rôle de chacun des acteurs de la probation devra être clarifié.


Ce nouveau projet pénal doit être appréhendé dans sa globalité – et non plus, comme trop souvent dans le passé, à partir de quelques mesures isolées. Il nécessite une stratégie de réforme cohérente nourrie d’orientations qui allient court, moyen et long termes et s’appuie sur les savoir- faire existants.


Indispensable, un tel chantier ne peut être mené dans un environnement qui continue de promouvoir le recours à l’emprisonnement – du programme pharaonique de construction de nouvelles places de prison aux peines planchers en passant par des politiques pénales inflationnistes donc asphyxiantes. Sur la base d’une délimitation rationnelle des fonctions et des limites de la justice pénale, un effort de dépénalisation sera nécessaire pour redonner de l’oxygène à la « machine judiciaire ».


Il n’y aura pas de politique efficace sans rupture avec un système pénal et une conception de la peine qui, au regard du bilan d’une décennie de politiques sécuritaires, ont démontré leur échec. Cet objectif est atteignable, mais nécessitera à la fois du courage politique et l’engagement de tous les acteurs de la justice, et au-delà : c’est l’intention de ce manifeste que d’y contribuer.


Signataires :


Charlotte Cloarec, conseillère pénitentiaire d'insertion et de probation -


Jean-Claude Bouvier, Vice-Président de l’application des peines à Créteil, membre du syndicat de la magistrature -


Pascale Bruston, Vice-Présidente au tribunal de grande instance de Paris, membre du syndicat de la magistrature –


Valérie Sagant, Vice-Présidente de l’application des peines à Créteil, membre du syndicat de la magistrature -

Commenter cet article