Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

resistance.jpgALERTE NUCLÉAIRE,
AU JAPON
COMME PARTOUT !


Á 15h30 ce samedi 12 mars, une explosion a retenti dans la centrale nucléaire de Fukushima consécutivement au séisme qui avait touché l’archipel nippon la veille.


Quelques minutes plus tard, le porte- parole du gouverne- ment, qui cherchait depuis plusieurs heures à minimiser les alertes en cours dans la centrale, annonce l’effondre- ment du toit d'un réacteur. Dans un immense élan de res- ponsabilité, le gouvernement invite les riverains à se «calfeutrer chez eux» et à se «protéger les voix respiratoires avec des serviettes mouillés» tout en continuant à minimi- ser les conséquences de cette explosion. Il devient clair que des fuites se sont produites, «l'accident » étant très vite comparé à celui de Three Miles Island.


Au Japon comme ici: l'antidémocratisme à l'oeuvre


Comme à chaque incident les gouvernants et nucléocrates de tous genres nous ressortent leurs vieille soupe: «le risque zéro n'existe pas, tout dépends de ci, de ça», les mêmes qui, quelques jours avant pouvaient nous expliquer que Tchernobyl était la simple conséquence d’une mau- vaise gestion, d'un état soviétique en déroute. Or ici, l'hor- reur nucléaire est dévoilée au coeur même de la société industrielle occidentale, dans l'un des pôles économiques les plus puissants de l'impérialisme économique mondial.


Il met à mal les schémas scientistes développés par l’in- dustrie nucléaire et sur lesquels la population n'a aucune prise.


Comme à chaque accident nucléaire, les gouvernements, dictatoriaux ou «démocratiques», utilisent les mêmes mé- thodes : comme en 1986 en Ukraine, le Japon envoie sur place des “Super pompiers” chargés de résoudre le pro- blème. Ces Super pompiers auront sans doute leurs heures de gloire durant toute cette semaine mais il est fort à pa- rier que ce gouvernement, si prompt à réagir en temps de crise, sera beaucoup plus timoré quand il s'agira de payer l’enterrement de ces sacrifiés, comme celui des techniciens et des ingénieurs, morts du cancer de la thyroïde.


Mais on ne fait pas d'omelette sans casser les oeufs ma pauvre dame !


Ces constats sont encore plus vrais pour le Japon où le nu- cléaire, historiquement synonyme de massacre, est rejeté par l’immense majorité de la population. En 1991 le gou- vernement a même renoncé totalement à sonder les Japo- nais sur cette question tant la désapprobation envers cette industrie se faisait grande (environ 90% d'avis négatifs). En2007 encore, suite à un nouvel incident dans cette même centrale de Fukushima, un sondage montra que seul 27% des hommes et 9% des femmes considéraient l’énergie nu- cléaire comme «nécessaire».


Comment expliquer autrement que par le puissant lobbying de l‘industrie nucléaire le fait qu’un pays aussi soumis aux risques sismiques que le Japon investisse dans le nucléaire ? Un risque qui avait motivé l’Italie à arrêter la production nucléaire dans les années 90 (programme réactivé par Ber- lusconi en 2008). Malgré tout cela, le Japon est resté le troi- sième producteur nucléaire au monde derrière les États-Unis et... la France. Et ceci en totale opposition aux principes «démocratiques» qui sont parait-il les fondements des sociétés industrialisées.


Le nucléaire n'a pas de frontière : la lutte non plus !


La fin de l'année 2010 a été marquée par un regain d’activité dans la lutte anti-nucléaire, notamment outre-Rhin, une lutte qui a été fortement médiatisée par le fiasco de l’ache- minement du train Castor vers l'Allemagne.


Ce regain est moins ancré en France, mais pourtant, il y a à faire ! La France et Areva sont l’un des promoteurs mon- diaux les plus actifs de ces usines mortifères. Areva ne s’il- lustre pas seulement dans le domaine écologique, elle appuie également l’implantation de la filière électronu- cléaire française dans de nombreux pays, par des moyens plus ou moins dégueulasses (l’exemple du Niger vient en tête en premier lieu) mais avec des objectifs toujours sa- crement juteux ! Le nucléaire, par son aspect de technolo- gie de pointe, profitant du manque de formation et d’élites scientifiques sur ce sujet dans de nombreux pays, permet de légitimer l’ingérence de sociétés françaises au sein des pays du Tiers monde (l’Inde entre autre, mais aussi la Chine) et permet la mainmise de l'Occident sur des ques- tions aussi fondamentales que l’énergie.


Le nucléaire est une industrie de mort !


Le nucléaire est un outil de pression et de domination éco- nomique et idéologique !


Le nucléaire est une plaie ! Combattons là !


Une immense colère doit parcourir le monde


Cela fait des dizaines d’années que l’on sait parfaitement qu’un jour ou l’autre un tremblement de terre provoquera un “incident majeur”.Des années que le lobby de l’indus- trie nucléaire travaille pour le plus grand bien des profits des capitalistes.Des années qu’on nous rabâche qu’on ne peut se passer du nucléaire sous peine de retour à la bou- gie. Le retour à la bougie c’est maintenant au Japon qu’il se dessine !


Des années que la gauche se couche devant le lobby nu- cléaire au nom des intérêts de l’économie françaiseL’ex- plosion dans la centrale nucléaire de Fukushima a provoqué en nous une immense colère que nous devons laisser exploser partout.


L’ARRET IMMEDIAT ET SANS CONDITION DU NUCLEAIRE EST LA SEULE SOLUTION ACCEPTABLE, ET ELLE EST POSSIBLE.


Crions-le, organisons partout des manifestations/rassem- blements. Dès ce samedi 12 mars, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre l’industrie nucléaire en Allemagne. Des rassemblements anti-nucléaires dans tout le pays sont prévus pour lundi soir.


Qu’attendons-nous ?

 

ORGANISATION COMMUNISTE LIBERTAIRE (OCL)
LE 12 MARS 2011


L’ ARRET IMMEDIAT ET SANS CONDITION DU NUCLEAIRE EST LA SEULE SOLUTION ACCEPTABLE, ET ELLE EST POSSIBLE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article