Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Claire Severac : sortie le 12 décembre

Livre : « Crime alimentaire organisé, leurs poisons vous entrainent à la mort »

de Claire Séverac

(à la demande de la fille de Claire Severac, décédée l'année dernière, je fais passer l'annonce de la sortie de son dernier ouvrage sur l'agro-industrie et la santé, aux éditions Elie & Mado, le 12 décembre 2017)

Quatrième de couv :

 

Comme à son habitude, Claire Séverac n’y va pas par quatre chemins. Dans ce livre sur l’alimentation, elle dénonce les manipulations de l’industrie agroalimentaire alliée aux laboratoires pharmaceutiques et, qui sont, à l’évidence, sponsorisés par les « Bank-stères » qu’elle se plaisait à appeler comme ça.

Elle croyait profondément à l’éveil des consciences de la population et aux capacités de chacun de nous au changement pour accéder à une nouvelle vie, là où nous et nos enfants seraient enfin protégés.

Une fois encore, ce livre est le fruit d’une enquête méticuleuse dans le seul but de nous avertir. Après avoir tordu le cou à de nombreuses idées reçues, elle attire notre attention sur la dangerosité des aliments

d’aujourd’hui. Nous avons fait aveuglément confiance à travers le temps aux industries agroalimentaires dans l’idée qu’ils prendraient soin de notre santé. Hippocrate enseignait déjà dans les années 300 av. JC que : « nous sommes ce que nous mangeons », ce qui laisse rêveur devant les chiffres des maladies du XXIe siècle. À ce jour, mourons-nous de notre belle mort ou en grande partie de ce que nous ingérons ? De la graine à l’assiette, à combien de produits chimiques et de manipulation génétique les cultures sont-elles sujettes ? Alors sommes-nous obligés de manger cette soupe chimique sciemment préparée par le cartel agroalimentaire pour nous diriger ensuite dans celui des laboratoires pharmaceutiques ?

Claire attire notre attention sur ce qu’il nous faut éviter et ce qu’il est préférable de manger. Elle ne voulait pas croire que nos capacités à nous questionner soient à jamais détruites par cette chimie. Le changement des habitudes est à la portée de tous. Prenons du recul, déterrerons la vérité pour l’amour de nos enfants et de nos proches. Un esprit sain dans un corps sain n’a jamais été aussi vrai.

D’aussi petite que je me souvienne, j’ai toujours admiré ma mère. C’était « une vieille âme » qui aimait inconditionnellement sa famille, ses amis et les gens.
Sa personnalité, son être intérieur ne laissaient personne indifférent, elle ne laissait rien ni personne être un obstacle à ce qu’elle voulait accomplir.

« Sang basque ne saurait mentir », passionnée et enflammée, honnête et fidèle, aimante avant tout, elle a commencé sa première enquête et n’a pas pu revenir en arrière. Comme beaucoup de lanceurs d’alertes, elle a choisi de ne pas se taire malgré les risques ; informer au péril de sa vie.

Par ce dernier livre, nous voulons lui rendre hommage et remercier tous ses lecteurs, tous ceux qui l’ont suivi dans ses interviews et ses conférences.
Comme on dit si bien en anglais : « make it count ! »: Faites en sorte que ce ne soit pas pour rien!

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article