Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Leur inspirateur et prédecesseur, tonton la cagoule

François Mitterrand, le déshonneur et l’imposture par Omar Merzoug*

19 juillet 2012

Omar Merzoug

 
Deux mots résument les rapports de François Mitterrand, ancien président de la République française (1981-1995), et des insurgés algériens en lutte pour l’émancipation de leur pays : déshonneur et imposture.« Il est vrai qu’un jour je l’ai traité d’assassin à propos de l’Algérie » déclare Michel Rocard, qui fut longtemps son adversaire politique avant d’être son Premier ministre. Une profonde hostilité à l’encontre des Algériens semble inspirer la pensée et l’action de François Mitterrand. Claude Cheysson, qui fut son ministre des Relations extérieures, en témoigne : «Mitterrand n’a aucune volonté d’ouverture vers l’Algérie. Il en a gros sur le cœur. Il ne leur pardonnera jamais d’avoir gagné la guerre…Comme il n’a jamais condamné la collaboration, il n’a jamais condamné l’OAS. Combien de fois m’a-t-il dit : ‘les Arabes, vous savez, la force, ils ne comprennent que ça’. Roland Dumas rappelle que Mitterrand était « entouré d’arabophobes ». Avec cet art de l’euphémisme que l’on sait cultiver dans la diplomatie, il ajoute que Mitterrand jugeait les Algériens « difficiles » et assurait« qu’on ne pouvait pas discuter avec eux ». La belle affaire ! Ce n’est assurément pas une raison pour conduire ou cautionner une politique qui tendait à les maintenir dans l’état de sous-hommes auquel les a condamnés le système colonial.

Au début des années 1950, François Mitterrand est déjà un familier des maroquins ministériels. En novembre 1954, il exerce les fonctions de ministre de l’intérieur dans le gouvernement Mendès France qui vient à peine de signer les Accords de Genève (juillet 1954) mettant fin à l’enlisement français en Indochine, après la débâcle de Dien Bien Phû. Quand éclatent les événements de la Toussaint Rouge, Mitterrand déclare aussitôt la guerre aux indépendantistes algériens. « L’action des fellaghas, dit-il, ne permet pas de concevoir, en quelque manière que ce soit, une négociation. «Elle ne peut trouver qu’une forme terminale : la guerre » tranche-t-il. Le ministre de l’intérieur feint de ne pas comprendre que c’est précisément l’échec du mouvement national algérien, l’impossibilité de faire évoluer le système colonial par la voie politique, qui a poussé les activistes algériens à l’action armée. Les partisans de François Mitterrand répliquent que n’importe qui, à la place qui fut la sienne, aurait tenu le même discours. Certes, on ne saurait attendre d’un ministre de l’intérieur qu’il tienne de doux propos christiques, mais un ministre de l’intérieur n’est pas nécessairement un va-t-en guerre : « On ne pouvait plus l’arrêter sur l’Algérie. C’était un foudre de guerre.         Et pourtant il savait bien qu’avec Mendès on tentait de prendre contact avec les nationalistes algériens…. Plusieurs fois, Pierre Mendès France l’a convoqué pour lui demander de modérer ses appréciations et ses déclarations publiques. Rien n’y faisait ». (Pierre Juillet, directeur adjoint du cabinet de Pierre Mendès France).

François Mitterrand a été mêlé aux heures les plus sombres de la IVe République. La torture et son institutionnalisation, la guillotine, les pouvoirs spéciaux. On y suit le processus qui conduit à la disparition de l’état de droit, à une hiérarchie couvrant les exactions des parachutistes et des autres militaires et à une justice aux ordres. Ils rappellent des faits incontestables qui, rassemblés, font système et accablent l’ancien président.    Dès le 3 novembre 1954, L’Humanité rapporte que «des tortures dignes de la Gestapo sont infligées à des Algériens détenus à Batna » : Lazhari Khaled et Beklouche Mostefa, militants du MTLD (le parti de Messali Hadj) ont été livrés aux tortionnaires qui leur font subir «la gégène et le supplice de l’eau». Alors que Pierre Mendès France, Daniel Meyer sont profondément émus devant les preuves des sévices endurés par les victimes que leur présente Gisèle Halimi, Mitterrand est le seul à s’écrier : « Vous ne croyez pas que vous exagérez un peu ? » Le garde des Sceaux était persuadé que le corps des avocats qui défendaient les militants était instrumentalisé par le FLN.

Me Renée Stibbe, qui rapporte des cas avérés de torture, se voit traiter de «menteuse» par François Mitterrand. Sous le gouvernement Mollet, François Mitterrand, étant ministre de l’intérieur, Claude Bourdet, ancien résistant déporté, Compagnon de la Libération, est arrêté et embastillé pour avoir publié, dans France-Observateur, un article intitulé« Votre Gestapo d’Algérie ».

De toutes les affaires noires dans lesquelles l’ancien garde des Sceaux est impliqué, (et Dieu sait s’il y en a!), L’affaire Yveton est celle où sa responsabilité est la plus dramatiquement engagée, celle qui pèsera le plus sur sa conscience. Militant du parti communiste, Fernand Yveton est arrêté le 14 novembre 1956, torturé, condamné à mort dix jours plus tard et exécuté le 11 février 1957 pour un attentat qui n’a pas eu lieu. La seule pièce conservée du dossier Yveton atteste que François Mitterrand a émis un avis défavorable à la grâce du seul européen exécuté pendant la guerre d’Algérie. « On se demande comment Mitterrand pouvait assumer ça » déclare son Franz-Olivier Giesbert, son premier biographe. « J’ai dû prononcer le nom deux ou trois fois devant lui et ça provoquait toujours un malaise terrible, qui se transformait en éructation » conclut-il.

C’est peu de dire que cette affaire dérangeait François Mitterrand. Il refuse un entretien à Jean-Luc Einaudi qui enquête sur l’affaire Yveton (Pour l’exemple, l’affaire Yveton, éditions L’harmattan, 1986). Quelque dix ans plus tard, interrogé, il délivrera de fausses informations et préférera se défausser sur René Coty en prétendant avoir eu à propos de « ce pauvre communiste » des « conflits très sévères avec Coty ». Nous savons aujourd’hui, par le témoignage de Jean-Claude Périer, membre du Conseil supérieur de la magistrature, que Mitterrand a voté la mort de Yveton. « Un homme qui n’avait pas fait couler une goutte de sang a été guillotiné par la justice de la République. Et François Mitterrand en avait décidé ainsi » (In Emmanuel Faux, Thomas Legrand, Gilles Perez, La main droite de Dieu, Seuil).

En signant les décrets nommés « pouvoirs spéciaux », François Mitterrand entérine la disparition complète de l’Etat de droit en Algérie. Les tribunaux militaires remplacent les juridictions civiles. Les perquisitions sont décrétées légales de jour et de nuit et, on fait l’économie désormais de la présentation des détenus à un avocat. C’est le règne de l’arbitraire, véritable « négation du droit de la défense » comme le disait Robert Schuman, ancien garde des Sceaux, qui ne pouvait conduire qu’aux crimes de guerre.

François Mitterrand sait pourtant que la police et l’armée française se comportent en Algérie comme la Gestapo dont elles utilisent les méthodes. Mitterrand n’ignorait pas que Moulay Merbah, secrétaire général du MTLD, arrêté le 1er novembre, n’a été présenté au juge que le 5 novembre, soit quatre jours après. Celui-ci a raconté à son avocate, Me Renée Stibbe les tortures subies, le supplice de la baignoire. C’est le corps supplicié, les plaies encore saignantes que Me Stibbe rencontre son client. Or que fait Mitterrand, sollicité par Me Renée Stibbe ? Il refuse purement et simplement de la recevoir.

C’est dans cette atmosphère délé-tère que l’armée française annonce l’arrestation de Larbi Ben M’Hidi, l’un des chefs du FLN. Larbi Ben M’Hidi, un combattant d’une grande noblesse d’âme et d’un courage à toute épreuve. Même ses adversaires en reconnaissent la valeur. « Le plus grand résistant, le plus passionné qui respirait la pureté » écrit le général Bigeard. Le général Allard en parle comme d’un « seigneur ». On envisage un moment de « retourner » Ben M’hidi mais, devant son refus, ses adversaires lui rendent les honneurs militaires avant de le confier, sur ordre du gouvernement, au commandant Aussaresses qui le « suicidera ». Bigeard révèle, dans un entretien, paru en 1984, longtemps après les événements, alors qu’il n’y a plus d’intérêt à camoufler la vérité, qu’« il s’est trouvé contraint, sur ordre de Paris, de livrer Larbi Ben M’Hidi vivant aux services spéciaux » et Aussaresses ajoute que François Mitterrand, ministre de la Justice et garde des Sceaux, « n’ignorait rien de l’affaire Ben M’Hidi ». Selon les nationalistes algériens et certains témoins de l’époque, l’ « ordre de Paris » dont parle Bigeard a été donné par François Mitterrand qui exerçait dans cette brève période, outre ses fonctions de ministre de la Justice, celle de président du conseil par intérim, en l’absence de Guy Mollet, parti à la tête d’une importante délégation défendre le point de vue du gouvernement français devant les instances de l’ONU.

Sur ces entrefaites, Robert Lacoste, ministre résident, se rend à Paris pour rencontrer François Mitterrand, garde des Sceaux et président du Conseil par intérim. Au cours de leurs entretiens, ils évoquent la question des prisonniers et notamment celle du plus célèbre d’entre eux, Ben M’Hidi, comme le confirme le cabinet du ministre résident. Quelques jours plus tard, Bigeard reçoit l’ordre de le livrer aux services de Aussaresses. Pour les nationalistes algériens, livrer Ben M’Hidi à Aussaresses, c’était signer son arrêt de mort et, sous la IVe République, cet ordre ne peut venir que du sommet de l’Etat. Autrement dit, la présidence du conseil ou la présidence du conseil par intérim.

En réalité, François Mitterrand a toujours été un partisan résolu de l’occupation française de l’Afrique du Nord. Il le dit lui-même dans L’Express du 5 septembre 1953, soit près d’un an avant le déclenchement de l’insurrection algérienne : « Pour moi, le maintien de la présence française en Afrique du Nord, de Bizerte à Casablanca, est le premier impératif de toute politique nationale. Rien n’est plus important ». En octobre 1953, dans une déclaration diffusée par l’AFP, Mitterrand s’élève contre l’idée d’indépendance : « Séparer Alger, Dakar, Brazzaville et Paris serait un attentat contre la France ». Enfin, en 1958, il n’a pas changé d’avis : « L’abandon de l’Algérie serait un crime ». Face à cet impératif, les vies humaines d’Algériens, de Maghrébins ou d’Africains, considérés de toute façon à l’époque comme une sous-humanité, ne valent rien.

François Mitterrand prétend, pour sa défense, qu’il a sans cesse ferraillé contre les « ultras » du cabinet Mollet, c’est-à-dire Max Lejeune et Lacoste, se présentant ainsi comme un libéral. « François Mitterrand n’a pas su marquer ses distances avec son environnement d’alors ni su imaginer de nouveaux mots d’ordre politique. Résigné à la guerre, il s’est laissé porter par elle. Sans entrain, avec mauvaise grâce même, mais consciemment » souligne l’un de ses biographes. Manière élégante de dire qu’il s’est montré solidaire des éléments les plus bellicistes du cabinet Mollet. Si vraiment, il était choqué par une guerre implacable menée contre tout un peuple par une armée puissante et résolue, il aurait pu, comme Pierre Mendès France, démissionner. Mais il lui a manqué pour cela le courage de la vérité et le sens de l’honneur.

Les proches, les amis et les thuriféraires de l’ancien président de la République expliquent, justifient par le climat de l’époque et par sa propre ambition les positions de futur président de la République. Roland Dumas raconte que Mitterrand désirait passionnémentêtre nommé président du conseil. Ce fait ajouté à l’ «impréparation de l’opinion » suffirait à expliquer son implication dans une politique du «tout répressif». Mitterrand serait une « belle âme » qu’une ambition démesurée aurait perdue. On ne s’arrêtera pas sur ce que cet argument offre de dérisoire. Une ambition politique valait-elle que soient sacrifiées des milliers de vies humaines, que soient torturés des milliers de résistants, européens et musulmans confondus, que soient abolis les formes juridiques de l’Etat de droit et que prospère une justice d’exception ? Quant au « climat de l’époque », il a pour ainsi dire « bon dos», car il s’est toujours trouvé des individus capables de s’insurger contre les modes, les idéologies régnantes et l’opinion dominante. François Mitterrand en est lui-même la preuve : quand il s’est agi d’abolir la peine de mort, en 1981, une majorité de Français y étaient favorables. En faisant état publiquement de son hostilité à la peine de mort, le candidat socialiste a bravé une opinion hostile à l’abolition quelques jours seulement avant sa première élection à la présidence de la République. Au reste, l’action de François Mitterrand n’a-t-elle pas contribué à creuser le fossé entre les Français musulmans et les Français de souche européenne, à rendre la guerre civile chaque jour plus inexpiable ? Beau résultat pour un homme qui se targuait de tout mettre en oeuvre pour en finir avec «les guerres civiles permanentes» entre Français.

En 1972, François Mitterrand déclarait « Quand De Gaulle est arrivé au pouvoir grâce aux colonels d’Algérie, moi j’avais pris depuis longtemps position pour la décolonisation ». En 1977, dans son livre « Politique 2 » il récidivait : « en 1954, j’appartenais à un petit groupe qui se trouvait à l’extrême pointe de l’expression politique en matière de décolonisation », comment peut-il alors avouer à Roland Dumas (qui le rapporte dans ses mémoires Coups et blessures, 50 ans de secrets partagés avec François Mitterrand ») que sa « seule faute politique a été l’Algérie » ? Les faits parlent d’eux-mêmes : de février 1956 à mai 1957, exerçant les fonctions de garde des Sceaux, François Mitterrand a envoyé 45 nationalistes algériens à la guillotine

Il a fallu attendre la parution de l’ouvrage de Benjamin Stora et de François Malye, « François Mitterrand et la guerre d’Algérie » (Calmann-Lévy éditeur), pour un examen minutieux du sujet. Mais s’il est définitivement acquis que l’indignité et l’imposture marquent l’attitude de François Mitterrand à l’endroit de la question algérienne, les auteurs ne vont pas jusqu’au bout de leur logique et ils cherchent, de temps à autre, des circonstances atténuantes à l’action de François Mitterrand.

Cela n’enlève rien à la valeur de cet ouvrage, ô combien nécessaire, qui dresse un constat froid des situations et des événements. Ne recherchant aucune polémique, il vise à combler un vide mémoriel. Ecrit dans un style serein, regorgeant de chiffres et de faits, cette enquête est, en réalité, un terrible réquisitoire contre la politique que François Mitterrand a menée et dont il a été solidaire dans les années 1954-1957. En 1994, dans « Une Jeunesse française » (Fayard), Pierre Péan s’était penché sur l’engagement pétainiste de l’ancien président de la République.

En provoquant un émoi considérable dans l’opinion française, ce livre avait contraint François Mitterrand à venir se justifier devant les téléspectateurs. On s’attend à ce que l’ouvrage de François Malye et Benjamin Stora en suscite un peu moins, à cause notamment de la chape de plomb qui, en France, s’est abattue sur la guerre d’Algérie. En somme, De Vichy à l’Algérie, une même logique est à l’oeuvre dans le parcours de l’ancien garde des Sceaux : telle est la leçon qu’on retire de la confrontation de cet ouvrage à bien des égards salutaire, avec d’autres travaux consacrés à sa période pétainiste.

*Docteur en philosophie (Sorbonne Paris-IV) Journaliste et écrivain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article