Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

TRANSPOSITION : P.SELOS

TRANSPOSITION

Sur l’eau noire de la mare barbotent des canards ; Sur l’eau bleue de la mer un bateau de croisière qu’affrète La Cunard zigzague d’île en île.

Un atoll-nénuphar, du genre feuille de lotus, sert d’escale à grenouilles.

Le hérisson chargé de son trop plein de puces, comme le sont, le soir, les lignes d’autobus, se hâte lentement pour trouver des limaces car il vient de pleuvoir.

Les fourmis sous la terre obturent les entrées et parent au déluge car dans la fourmilière, comme dans les usines, on fait bien trop souvent des heures supplémentaires.

Et le coucou squatteur s’installe dans un nid qu’il a trouvé vacant, du moins, il le prétend mais il n’est pas crédible. Il devrait se méfier de l’oiseau de police, celui qui a des yeux grands comme des soucoupes.

Mais le plus exposé est le beau rossignol car s’il chante à sa belle, entre deux crépuscules, son amour éperdu, il encourt de grands risques et tous ceux qui hululent lui feront payer cher son tapage nocturne.

Le papillon de nuit, visiteur éphémère aux ailes de velours, ne verra pas le jour.

Son éloge funèbre dit par un Grand Monarque sera des plus succincts, tenant en quelques mots : «Le regretté Kaon, mort dans la fleur de l’âge, ne viendra plus tourner au creux des abats jour».

Par un après midi où je faisais la sieste, les yeux mi-clos pour filtrer la lumière trop vive de l’été, tel un Dormeur du Val mais bien vivant, les pieds dans la luzerne, j’ai laissé libre cours à mon esprit fantasque.

Pour avoir écouté simplement la nature et observé autour de moi l’élan vital, je me suis amusé à mêler une part de réel avec l’imaginaire qui me sert de boussole.

On peut conter ainsi des centaines d’histoires bâties de presque rien, tout est dans la façon.

Si mon corps s’enracine à la terre qui me porte, je suis en permanence la tête dans les étoiles.

P.SELOS

Paris, le 28 Janvier 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article