Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Les nouveaux plans de l'impérialisme Nazi mondial

Last Falls (extrait intéressant)

Lire en entier à Last Falls

Puisque l'on a mondialisé les marchés, il faut mondialiser aussi la politique, aller à la rencontre des forces de gauche du monde et essayer d’organiser un front commun, ou renoncer à ce front commun si les positions sont inconciliables mais en tout cas se donner les moyens, même individuellement et aussi dérisoires soient-ils, de changer le monde par des actions citoyennes.

Il y a d'autres alternatives à gauche que le communisme, il faut faire preuve d’imagination. Au terme de cette guerre, les entreprises privées et les administrations peuvent envisager de poursuivre leur coexistence dans la complémentarité et dans l’intérêt général. Le problème n’est pas tant le capitalisme en soi que ses excès et ses dérives. Mais contre les excès qui sévissent par les armes il faut prendre les armes.

Les paradis fiscaux, ce sont des milliards détournés pour déséquilibrer l’économie mondiale, empêcher le salut des pays les plus pauvres et faire croire aux pays les plus riches qu’ils dépensent soi-disant trop d’argent dans la fonction publique.

Peu importe les astuces déployées par les tenants de ce système, s’acharnant à affirmer qu’il n’y a pas de paradis fiscaux mais des interfaces de services financiers et comptables, parfois établis au cœur même de la misère humaine. L’absurdité va encore plus loin: un paradis fiscal permet aux plus riches de ne pas payer d’impôts, pendant que les travailleurs pauvres continuent à trimer toujours plus durement en payant des impôts pour entretenir le paradis fiscal dans lequel ils vivent.

La mafia, quant à elle, a malheureusement la faveur de certaines couches populaires et le phénomène prend de l’ampleur tous les jours, il n’y a qu’à observer les jeunes de certaines villes parler entre eux et se demander les uns aux autres à quel système ils appartiennent, système étant synonyme de clan mafieux en l’occurrence. C’est entré dans les mœurs alors que, dans le même temps, les spéculations sur la collecte des déchets ont laissé les ordures s’accumuler dans les rues et le taux de cancer des régions concernées grimper en flèche. On peut en trouver des exemples dans n’importe quelle culture, l’aveuglement populaire sur le problème mafieux renvoie aux efforts désespérés d’une victime prenant la défense de son bourreau.

Certes ce sont les excès d'un capitalisme dérégulé qui incitent les gens à se tourner vers les mafias pour trouver du travail. C'est parce que le peuple est livré à lui-même, abandonné par les politiques à la solde des spéculateurs qui spolient l'économie mondiale, que les mafias prospèrent. C'est même avec le capitalisme que les mafias sont apparues. À l'origine, le but des bourgeois est de se servir des bandits pour garder un contrôle sur le peuple.

D'où il ressort que si l'on veut lutter ouvertement contre la mafia et l'éliminer, il faut aussi, dans le même temps, changer de politique mondiale, imposer des limites aux multinationales, réprimer la spéculation, interdire les paradis fiscaux, assainir la gestion de l'État, garantir des services publics et encourager les petites entreprises qui créent des emplois. Si l'on vient à bout de la criminalité en col blanc, les autres criminalités s'arrêtent d'elles-mêmes car la criminalité en col blanc est la cause de tout, à savoir de la dérégulation économique et culturelle qui provoque l'insécurité à l'échelle des populations laissées à l'abandon. Il faut interdire la concurrence fiscale dans le monde, et utiliser l’armée contre la mafia.

Il faudrait aussi, dans le même esprit, empêcher les confréries d'accéder à la magistrature. Quand une organisation, associative ou autre, pose comme principe qu'un de ses membres ne peut condamner un autre membre, il y a une incompatibilité évidente avec le métier de juge et une faille dans les fondements même du système républicain tout entier, autour du flou sémantique de la notion de libre accès à la fonction publique.

Accéder librement à la fonction publique oui, à condition que ce libre accès ne soit pas incompatible avec les modalités de l'exercice de la fonction: on n'accède pas à un poste pour en contredire le fonctionnement. C'est une question de principe. Ignorer l’empreinte mafieuse du phénomène confraternel en politique, c'est comme discuter du mobilier dans une maison en proie aux tremblements de terre.

Toujours dans le même esprit, il faudrait donner priorité au mouvement anti-corruption pour assainir le système et le rendre plus transparent et plus démocratique. Tout cela ne pourrait se faire que si l’on accordait à la justice des moyens suffisants en argent et en effectifs pour garantir une justice à une seule vitesse dans l'intérêt de chacun. Les mouvements post-situationnistes de type Comité Invisible Autonome*, fondés sur le déni de l’identité individuelle, ne vont certes pas dans le sens de la probité. Sous couvert de rhétorique rebelle, ils servent les intérêts mafieux, à l’instar des médecins et magistrats appelant à la désobéissance civile.

Pire encore que ces pseudo-rebelles, les guérilleros auteurs d'enlèvements sont une des hontes du marxisme, financés par la mafia qui a détruit des cultures pour imposer celle de la cocaïne et asservir les populations. Ce sont des terroristes qui s'en prennent à des innocents et leurs méthodes sont répugnantes. Pas de pitié pour les magouilles ni pour le crime, d’où qu’ils viennent. S'ils n'étaient pas des gangsters ils n'enlèveraient pas des innocents, ne les tortureraient pas et ne toucheraient pas au trafic de drogue. Leur soi-disant idéal vise l'instauration d'une dictature communiste, productiviste et oligarchique, le remplacement d'une caste fortunée par une autre pour oppresser le peuple d'une manière différente.

* (qui nous revient avec une nouvelle mouture de débilités prédictives issues des bureaux d'experts de l'impérialisme Nazi mondial et sponsorisé par les merdias Ultra-réacs habituels : leur dernière insurrection s'enlisant dans le bourbier prégénocidaire des kurdistans, voici la suite… :) , leur service de presse étant suffisamment efficace et planétaire vous trouverez leurs omniprésences merdiatiques suspectes par vous même… :) )

Commenter cet article