Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne peut être vendu

écritures

la vie s'écoule la vie s'enfuit

 

Texte libre d'acces

 

Romans (Kahina, Destin majeur, De l'autre côté de la rivière, Ne peut être vendu)

Assemblée

Les mémoires d'un poilu de 14, par Gaston HivertLes mémoires d'un poilu de 14, par Gaston Hivert

brochure-comite-des-mal-log-s-1991Comite des Mal Logés:1991

DAL : les mensonges Dal : les mensonges

Les liens Opac du DAL Les liens Opac du DAL

 Réquisitions inflammables Réquisitions inflammables

NE-PEUT-ETRE-VENDU.doc NE PEUT ETRE VENDU:1984

de-l-autre-c-t--de-la-rivi-re.site.pdf De l'autre côté de la rivière

Pierre Selos

Les-cons-sont-la.mov Les-cons-sont-la.mov

19 Tout s'arrange Tout s'arrange

06 Piste 06 12 Deux

Quinze-ans.m4a Quinze-ans

Mon amour Mon amour

        Le passage, élté et Pierre

Possible n°9 Possible n°9

Bertrand Louart..etc

QECSI.pdf Quelques Elements d'une Critique de la Société Industrielle.pdf

Guerin-Pour-le-communisme-libertaire Guerin-Pour-le-communisme-libertaire

libre service

Publié par Christian Hivert

Avis aux éditeurs… "Kahina, de Belleville" et "Destin majeur" sont prêts

 

Bonjour, Je me permets de vous proposer mes manuscrits ainsi que quelques renseignements qu'il me parait nécessaire d'y adjoindre.

Le premier tome "Kahina, de Belleville" de la saga "Les Chevaliers ivres", préfacé par Pierre Selos (Chanteur) :

Kahina, de Belleville LIVRE 1 :

"Dans les années 80 du siècle passé à Paris, avant son embellissement petit-bourgeois et l'expulsion des dernières vagues de prolétaires pauvres, au milieu des punks et des autonomes squatters, les chevaliers de Kahina sont ivres de révoltes, de gloire parfois, de désespoir souvent.

La vie leur échappe et ils en perdent un peu en courant. Kahina et Arthur, son amoureux aventureux, prennent deux chemins différents mais parallèles.

Leurs illusions – l'un en un monde meilleur et plus juste, la lutte jusqu'à la victoire, l'autre dans une liberté possible, jouir sans entraves – se jouent d'eux à chaque détour. Et tous les chevaliers des trottoirs parisiens arpentés et des squats en lutte sont ivres, résolument ivres et en dérive.

Les Gens Bons de Paris s'en prennent plein la tranche et n'en reviennent pas. Tous ces pauvres s'agitent et manifestent, non mais gare, ils veulent les mêmes droits que les Gens Bons n'auront plus.

Il va falloir encadrer sévèrement tout cela, il faut une association et un responsable aux ordres."

"Kahina, de Belleville (Les Chevaliers Ivres : Livre I) Christian Hivert 1

Préface de Pierre Selos (Chanteur) 2

Avertissement 3

Chapitre 1 – 1984 (Rêve) 4

Chapitre 2 – La rencontre 24

Chapitre 3 – Déambulations 44

Chapitre 4 – Kahina 65

Chapitre 5 – Respirations 85

Chapitre 6 – Nomade urbain 105

Chapitre 7 – L’USINE de Montreuil 126

Chapitre 8 – Les petits Blancs chefs 146

Chapitre 9 – Le comité 166

Chapitre 10 – La place de la Réunion 188

Chapitre 11 – Au bout du Tunnel 210

Chapitre 12 – Les fuites 230

Epilogue – L’adieu aux larmes 249

À propos de l’auteur 268

Remerciements et références 270"

Tout conseils de finalisation d'écriture seraient suivis avec attention.

Pour le deuxième manuscrit proposé : "Destin majeur", préfacé par l'auteur de bande dessinée Ptiluc, en voici le résumé :

"A l'âge où d'autres bambins exhibent fièrement leurs cartables neufs et leurs divers attributs de scolarisation prochaine, Mendes avait disparu et avait déjoué des années durant toutes les tentatives de l'intégrer à la moindre structure éducative ou même simplement d'accueil. En toute simplicité il avait fui, fui, fui.

Raisonnablement, redoutablement, efficacement fui. C'était devenu un exemple extrême de la difficulté de l'exercice d'intégration des jeunes en difficulté. Toutes les obédiences éducatives et toutes les écoles de Chicago et d’ailleurs s'y étaient cassées la rhétorique, le petit les avait savamment déjoué.

Qu'avait-il donc bien pu faire toutes ses années là ? Quel avait été ce parcours hachuré ? Quelles blessures avaient été reçues, quels savoirs avaient été acquis ? Quelle était donc cette mère ne sachant retenir son enfant ? Et que pouvait-on faire de lui à quatorze ans, sans formation et illettré, sauvageon ?

Car il apparaissait de suite que le jeune Mendes avait défié toutes les lois républicaines et laïques. Il n'était jamais rentré dans une école de son plein gré, et il en ressortait dès qu'il le pouvait. La surveillance exercée sur lui ne pouvant être constante, c'était souvent. Alors où errait-il ? Quelles étaient ses journées, ses nuits ?

Et sa mère, arrivée à seize ans, directement de la boue de son village à la boue du terrain vague mis à disposition au Franc-Moisin, après un long et périlleux voyage aux conditions antiques de transport de fortune ? Elle n'avait pas pu payer les passeurs, elle s'était faufilée grâce à Marx, son savoir faire et sa bienveillance.

En France c'était les trente glorieuses avaleuses de main d'œuvre. Les Trente Glorieuses les avaient attirés, les Trente Piteuses les refouleraient. Cette autoroute qu'ils avaient construite menait à l'avion du Bourget qu'ils ne prendraient jamais, et mènerait leurs voitures les ramenant au Pays pour y construire leurs villas."

"Table des matières :

Préface de rat par Ptiluc 2

Avertissement 3

Chapitre 1 — Saint Denis 4

Chapitre 2 — USINE et les mineurs 39

Chapire 3 — Le squat des cloches 74

Chapitre 4 — Sex, drugs, and rock’n’roll 109

Chapitre 5 — Le cas Mendes 144

Chapitre 6 — 200 Punks et Marie-­‐France 179

Chapitre 7 — L'appartement 214

Sources et remerciements : 249 "

Le livre 3 de cette série est en cours d'écriture : "Bistrots", sur les formes de prostitution diverse (morale, sexuelle, sociale, politique, associative, maritale, journalistique etc.), cela va parler sex and rock and roll, some drug also.

Le livre 4 est déjà dans ma tête : "Les pieuvres", des animaux charmants dotés de huit cerveaux commandés par un cerveau central, comme des groupements humains ? Avec ses tentacules et ses ventouses ?

Le livre 5 également : "On achève bien les cocos…" : la musique y sera plus ancienne mais quelque punk ne viendrait-il pas danser avec Ferrat ou Fréhel ?

6 et 7 sont encore spermatozoïdaires.

Le 6 sera en voyage je pense et le 7 s'installera en Ardèche au milieu des hirsutes et des "Rock et pouzzolane".

Il me semblait important que cela vous fût écrit.

PARCOURS PERSONNEL

Né en 1961

La lecture de mon C.V. fait apparaître une vie professionnelle chaotique et précaire, mais également une logique de choix individuels. Les lacunes évidentes de formations qualifiantes agréées sont en partie compensées par un apprentissage professionnel sur le tas : nombreux chantiers de réfection d’appartement sur Paris et région.

C’est néanmoins cette expérience de travail non déclaré qui a rendu possible des embauches multiples de courte durée.

Une partie de cette expérience a été évaluée en mai 1993 par l’ANPE (Electricien op1-op2, peintre op2).

Le travail de machiniste et l'expérience du montage de décors de plateaux, hormis la possibilité d'aborder la création par son indispensable résolution de problèmes techniques, me permet d'aider à réaliser des expositions et des événements artistiques.

La multiplicité de mes activités sociales démontre mon intérêt et ma disponibilité pour l’accompagnement de personnes en difficultés (Antonio, Medhi, Sergio Malduca), ainsi que ma faculté à animer et organiser des lieux collectifs (M.A.P.LI.mouvement algérien pour la paix et les libertés, U.S.I.N.E. Utilisation Subversive des Intérêts Nuisibles aux Espaces, mouvement des squats 1980 1990, Comité des Mal-logés). Cette activité sociale constante et cette proximité avec des précaires est également l'un des matériaux de base de mes travaux d'écriture ("Ne peut être vendu", "Kahina, de Belleville", "De l'autre côté de la rivière", « Destin majeur », « Bistrots » en cours d’écriture).

Aucune formation qualifiante agréée n’est cependant venue formaliser cette expérience et la transformer en source d’emploi.

Il faut dire que la compétition effrénée sur le marché de ces emplois non-fictifs fut telle au cours de ces années 1980-2000 que je préférais privilégier d’autres valeurs et d’autres recherches que la possession mensuelle d’un salaire éphémère et en baisse constante.

Christian Hivert Juin 2014 Le Libones 07600 Juvinas 04 75 94 59 38 m.lestrat@infonie.fr

Commenter cet article